vendredi 1 janvier 2016

Oshôgatsu

Aujourd'hui, au Japon comme partout ailleurs, c'est le nouvel an.
Allons donc voir comment ça se fête là -bas..
le nouvel an: お正月: o-shôgatsu

Le hasard a fait que, profitant de 5 de vacances après Noël, je me suis lancée dans le grand ménage de ma chambre, et que quelqu'un m'a fait remarquer que le grand ménage de fin d'année est une tradition japonaise que je ne connaissais pas. Ou plutôt pas vraiment, j'avais croisé ce concept dans quelques manga ou films je pense sans y prêter vraiment attention.

ôsôji:
Hé bien, il s'avère que partout au Japon, dans les quelques jours qui précèdent le nouvel an, on procède au grand ménage de fin d'année, pour chasser les mauvais esprits et se préparer à accueillir les divinités du bonheur. Une résurgence des rites de purification. Et quand je dis grand ménage, c'est VRAIMENT le grand ménage, celui où on fait tout ce qui n'est pas du ménage ordinaire: pas seulement tirer les meubles pour aller aspirer dans les coins inaccessibles ( même moi je le fais au minimum deux ou trois fois par an), mais aussi de récurer à fond ( genre lessiver les murs, le truc que tu ne fais que lorsque tu emménages ou déménage en Europe).
Après ça tient aussi aux particularités de l'habitat: dans les maisons traditionnelles, on en profite pour aérer les tatami et les traiter ( les tapis en paille de riz, ça eut facilement héberger des acariens), changer le papier des panneaux coulissants, réparer ce qui est endommager ou jeter ce qui est irréparable.
Et dans les endroits modernes sans tatamis ni shôji? C'est pareil, ça va juste un peu plus vite.
Sauf que la particularité, c'est qu'on ne le fait pas que chez soi, mais aussi au travail, à l'école.Et ce ne sont pas des entreprises payées qui le font, mais bien les employés ( l'agence avec laquelle je suis partie en voyage à chaque fois l'a fait. Bon, vu la taille de leur bureau à Kyôto, ça ne leur à pas pris beaucoup de temps, mais c'est d'eux que je tiens cette information sur le ménage de fin d'année, du coup!) et les élèves.

Le grand ménage n'est pas que physique, mais aussi d'une manière plus générale le fait de finir tout ce qui est commencé, ou en attente: trier les papiers, payer les factures pour commencer l'année sous de bons auspices et avec une comptabilité nette. Avant le 31 décembre!
C'est seulement à ce prix là que les divinités du bonheur viendront le 1° janvier apporter la prospérité chez vous!
Bon, je ai pas eu le temps de finir le mien, j'espère que les divinités prendront en compte l'intention... ceci dit, avant de passer au calendrier solaire, les pays d'Asie fonctionnaient sur le calendrier lunaire. Je vais donc m'arranger avec les dieux et leur promettre de finir le tri et le rangement du placard d'ici le 7 février, veille du nouvel an lunaire, je suis sure qu'il y a moyen de s'entendre!

Après quoi, une fois que le grand ménage est fini, il est temps de passer à la décoration: kadomatsu  "le pin de l'entrée" ( une composition faite de branches de pin et de bambous représentant la santé et la longévité) dans l'entrée destinée à accueillir les divinités, on en met généralement deux, une de chaque côté de la porte et corde treessée shimenawa au dessus de la porte (images wikipedia)
kadomatsu

Je connaissais ces décorations sans savoir leur nom, pour avoir vu le kadomatsu représenté sur les cartes de voeux du nouvel an, et le shimenawa parce qu'il y en a partout dans les sanctuaires shinto ou au bord des routes ( autour d'un arbre remarquable ou d'un rocher par exemple, supposés héberger une divinité, ce qui signifie bien évidemment de ne pas faire quoi que ce soit qui pourrait déranger le kami du lieu)
un shimenawa vraiment énorme!

On peut aussi ajouter en offrande un kagami mochi, une pièce montée faite de deux gâteaux de riz empilés surmontés d'un daidai, agrume local ressemblant à une mandarine, parfois simples, parfois agrémentés de décorations de papier, de feuilles...

Bien évidemment, on peut les faire soi-même.. ou les acheter tout prêts (comme partout:  dans ma région, la tradition de fin d'année, ce sont les 13 desserts, en théorie il faudrait pâtisser soi même la pompe à l'huile.. mais on trouve facilement des paniers à offrir, contenant un assortiment tout prêt des 13)
Les décorations ne seront pas gardées,  elles sont brûlées au temple une semaine plus tard, les dieux repartant chez eux avec la fumée..

Nengajô ( cartes de voeux): la tradition est un peu différente de la nôtre: il faut les écrire jusqu'au 28 décembre dernier délai si on veut qu'elle soient distribuées pour le 1° de l'an ( car oui, la poste japonaise travaille le 1° janvier). Car le but du jeu c'est qu'elles arrivent pile le jour du nouvel an, on oublie le " j'ai tout le mois pour le faire": images trouvées sur le site de la poste japonaise
la classique
 et bien sûr, version manga, chaque année, l'animal de l'année chinoise a venir est mis en avant. En février, ce sera l'année du singe, d'où ces personnages portant des mascottes singe


spécial geeks! avec représentation d'un kagami mochi en prime
 (donc oui, hein, si on met en avant l'animal du calendrier lunaire même dès maintenant, je peux bien transiger avec les dieux du bonheur pour finir mon rangement en février prochain!)

Il en existe même de pré-imprimées et prétimbrées, munies d'un numéro de loterie permettant de gagner de nombreux lots, dont parfois des voyages.

Le réveillon (ômisoka): le repas classique,c 'est la soupe de nouille udon, avant d'aller au temple ou au sanctuaire à partir de minuit pour sonner la cloche. Selon la foule, ça peut-être très long. Un fois que l'on a réussi à sonner la cloche, tout le monde rentre chez soi pour le "vrai" repas de fête ( osechiryôri). Là encore, on peut le faire soi même.. ou le trouver tout prêt en bentô au supermarché du coin..
ceci, les amis, est un plateau repas du nouvel an..peut être pas de la supérette du coin, quand même!

Bon, j'espère qu'il en existe en version végétarienne, très peu pour moi les crustacés!
yes! un bentô osechi ryôri fait par.. quelqu'un ici
La description de ce joli plateau (en anglais) est ici
Et donc après les nouilles, le temple, le bentô il est temps.. non pas d'aller se coucher, mais d'aller regarder le soleil se lever, puis de boire le premier saké de l'année ( à 9h00 du matin) avant d'aller tirer un omikuji, une prédiction de chance au temple.
Et je viens de trouver une traduction de ces fameuses prédiction. J'en ai une non ouverte depuis 2007, je n'ose pas trop..














 allez je me lance: j'ai eu la " future chance" (en 2007, du coup est-ce que ça concernait 2007, ou est-ce que ça n'entre en fonction qu'à partir d'aujourd'hui où j'ai enfin décidé de l'ouvrir?)
 Bon déjà, il n'y pas "malchance", donc je n'ai pas à retourner dans l'immédiat au Japon pour contrer le sort en attachant ma prédiction à l'endroit dédié pour ça.
 Le reste est censé me prédire des trucs pour mon travail, tout ça, ( bon si je repense à 2007, question travail ç'aurait été " tu vas galérer pour en retrouver un et ça ne sera pas génial", et si c'est pour cette année .. " ton job n'est pas terrible, mais tu vas galérer pour en changer", un truc du style!)

Je suppose que, comme chez nous, tout le monde ne fait pas TOUT, sinon il y a de quoi passer la journée entière du 2 janvier à dormir ( ce qui serait dommage parce que c'est un des seul jours où le jardin intérieur palais Impérial de Tokyo est visitable, avec l'anniversaire de l'empereur le 23 décembre. Là aussi, je n'ose imaginer la foule!)

Je n'ai pas encore eu l'occasion 'aller au Japon à ce moment là de l'année, j'ai donc compilé ce que m'avait dit ma prof et fouillé le net pour trouver des informations supplémentaires.

Akemashite omedetô gozaimasu, tout le monde!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire