dimanche 30 juillet 2017

XXXHolic (tomes 1 à 9) - CLAMP

En fouillant mes  étagères à la recherche de quelque chose qui colle à la thématique, j'ai ressorti ce manga que je n'avais pas relu depuis.. bien 10 ans. En fait je l'avais laissé en stand-by au niveau du tome 11, attendant de savoir combien il y en aurait en tout pour ne pas m'embarquer dans quelque chose d'interminable.
J'avais racheté ces ainsi que ceux de Tsubasa Reservoir Chronicles à un gars queje connaissais vaguement, au moment où il partait pour aller habiter au Japon. Lui souhaiter se refaire un petit pécule et ne pas s'embarrasser de tomes en français, et moi, je souhaitais découvrir CLAMP dont on m'avait beaucoup parlé ( et dont je ne connaissais que Card Captor Sakura et Lawful Drug, lus... des années avant  je ne sais même plus chez qui! Je dois aussi avoir Trèfle quelque part, j'en reparlerais pour une thématique SF)

J'ai continué les deux séries un moment, dans la mesure où elles sont liées narrativement, puis fini par laisser tomber Tsubasa qui trainait trop en longueur ( genre 2 ou 3 tomes pour raconter une course d'engins volants terriblement peu intéressante ou une partie d'échecs grandeur nature.. booooooring!  Dommage cette histoire de voyage inter-dimensionnel était à la base plutôt sympa.)

Et donc si Tsubasa avait un scénario plutôt Fantasy-SF, XXXHolic baigne pleinement dans le fantastique nippon.
Son piteux héros, Watanuki Kimihiro, lycée qui vit seul depuis la mort de ses parents et a développé des compétences que peu de jeunes de 17 ans ont, en cuisine, entretien domestique, gestion de budget, est tourmenté depuis son plus jeune âge par un don de medium qui lui pourrit la vie.Où qu'il aille, des yôkai le suivent.
Sa vie va changer du tout au tout lorsque, essayant d'échapper à un monstre collant, il atterrit chez Yukô, voyante, spirite, medium.. et sorcière.
Yukô est arrogant, près de ses sous, exhibitionniste, alcoolique, manipulatrice mais surtout, capablede débarrasser Watanuki de ses visions, en échange d'un paiement qu'il acquittera en travaillant gratuitement.
Watanuki devient donc à contrecoeur le larbin de Yukô, qui, promet-elle, le débarrassera de ses visions lorsqu'il aura suffisamment travaillé pour acquitter le paiement de ce service.
Et comme c'est une vraie flemmarde, elle trouve toujours le moyen, de rendre un petit service, ou de donner un conseil, qui bien sur s'ajoute à la facture déjà longue de Watanuki.

Ce duo va vite être rejoint par Himawari, jolie fille à couettes qui plaît énormément à Watanuki ( et qui cache un secret qu'on nous fait miroiter pendant des tomes.. aheum. autant dire que la révélation en est platounette et décevante, j'espérais mieux!), et Dômeki Shizuka, camarade de classe de Watanuki, auquel ce dernier voue une antipathie féroce autant qu'incompréhensible. Dômeki n'est pas bavard, mais c'est un bon camarade qui aide sans cesse Watanuki, sans attendre grand chose en retour.
Et pourtant, Dômeki va s'avérer le meilleur allié pour Watanuki, car il a un don d'exorciste. Il ne voit pas les monstres ni les esprits, mais peut les repousser. Watanuki lui les voit, mais ne peut rien contre eux.

J'ai bien aimé relire cette série, il va falloir que je me procure les tomes manquants s'ils ne sont pas épuisés.
Je ne suis pas méga fan de CLAMP, en général, je n'accroche pas trop à leurs graphismes, Et même là, dans le corps du manga c'est parfois limite cartoon et ça me gêne ( corps désarticulés, membres interminables, têtes minuscules, mains énormes..), par contre j'aime énormément les couvertures de l'édition française ( qui a suivi pour une fois les éditions originales), métallisées et satinées qui donnent un côté un peu classe aux tomes), les décors, très art nouveau, avec plein de volutes d'encens - quoique Yukô fume comme une cheminée, ça peut être autre chose - et les costumes qu'elle porte. Là les dessinatrices ont mis le paquet, elle a une nouvelle tenue à chaque chapitre, je devine que c'est ce qui les a le plus amusées.


lafée de la pluie.. elle pourrait se promener à Harajuku sans étonner qui que ce soit


Et aussi pour les couvertures donc, elles ont un petit côté décadent,assez sympa,et pour tout dire, on est quasiment dans l'imagerie publicitaire des années 1980, comme si Mucha avait dessiné des affiches pour vanter une fumerie d'opium.


oui.. des fumées d'encens, on va dire ça
Ou alors c'est moi qui doit avoir l'esprit mal tourné de voir une allusion à la drogue dans quelque chose dont le titre "Holic" fait directement référence à l'addiction ( au sens général, celle de Yukô à l'alcool et au tabac, celle de Watanuki à Himawari, celle de Dômeki aux inari-zushi, celle des esprits à Watanuki, celle des clients de la boutique de magie de Yukô, accros à tout et n'importe quoi: l'internet, le mensonge, une situation qui les enferme, mais les arrange...)
oui, je dois me faire des idées, il a l'air shooté, il tient une pipe a opium, étalé en kimono sur un canapé...

Je crois que je me fais des idées, hein...

L'art nouveau s'inspire des estampes extrême-orientales, et ce manga s'inspire de l'art nouveau. Toute ressemblance avec les gravures d'Aubrey Beardsley est donc parfaitement normale!

Sinon, j'ai bien aimé les petits croisements (les XXX du titre, pour Cross, comme cross over), avec Tsubasa - qui reprend déjà 4 personnages de Card Captor: Sakura, son copain Shaolan, le frère de Sakura et le petit ami de celui-ci, dont j'ai oublié les noms - avec Lawful drug ( on croise les deux pharmacien de cette courte série, au cours d'un chapitre), Yukô qui parle de Clow ( le magicien des cartes de Card Captor), les écouteurs oreilles des robots de Chobits et probablement d'autres que je n'ai pas perçus, dans la mesure où je n'ai pas lu tous les titres de CLAMP.

Et Yukô, bien évidemment, un personnage qui fait plaisir à voir car plein de défauts (qui imaginerait une puissante medium capable de créer des portes dimensionnelles sous forme de petits animaux poilus, affalée sur son tapis en train de cuver sa dernière cuite en ronflant? Ben c'est à peu de chose près le cas)

Donc, une série qui a bien sa place dans une thématique O-bon: l'héroïne est magicienne, le héros voit des monstres, un autre les exorcises, on joue au Hyaku Monogatari, on y croise des kitsune, une parade de monstres, une zasshiki-warashi timide, une petite fée de la pluie autoritaire, des fantômes, des légendes ou croyances populaires...
Et une première participation ( 9 tomes de 125 pages en gros chacune) au challenge BD et au défi lecture RAT a Week , tous les deux sur Chroniques Littéraires

RAT a Week
J'ai donc dépassé les 100 pages dans la semaine, et validé les catégories " lire au moins 5 livres", "lire au moins une BD" et " livres de challenge" ( ici, le fantastique japonais), "lire iun livre dont la couverture comporte du vert" et "commencer une série".
J'étais partie sur "Verre en Terrasse", j'ai  validé " tongs et Paréo" cette semaine (option " que des manga)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire