mardi 3 octobre 2017

blue exorcist tome 1 - Kato Kazue

Voilà un manga que je n'aurais pas spécialement tenté, si, un jour, le tome 1 n'avait pas été proposé gratuitement en intégralité sur support numérique, pour le faire découvrir justement.

Et c'est typiquement le genre de titre plutôt sympa, mais pas vraiment 100% convaincant , que je pourrais éventuellement continuer sur ce support, sans devoir lui faire de la place sur mes étagères.

Car oui, à la lecture de ce tome 1, il est donc sympa,mais pas inoubliable: un shônen assez classique, mêlant baston et humour, avec un graphisme agréable mais un peu impersonnel.


ouille, bon on va dire que les démons ont un squelette élastique qui leur permet ce genre de contorsions...

Ca commence donc au moment ou Rin, orphelin qui vit dans un pensionnat dirigé par un curé à poigne se retrouve contraint et forcé de bouger ses fesses de flemmards pour trouver un job, au lieu de continuer à glandouiller comme un parasite. Il n'est bon en rien, n'a pas de talent particulier, pas d'envie particulière, et a une nette tendance à chercher la bagarre.Tout le contraire de son jumeau Yukio, calme et doué pour les études qui espère devenir médecin.

Or des choses bizarres commencent à se passer autour d'eux... Rin ignore sa véritable nature: lui et son frère sont les fils de.. Satan, ouais rien que ça. Seul Rin, plus costaud physiquement a hérité des caractéristiques diaboliques deson paternel, qui arrive soudain en lui déclarant cash " appelle-moi Papounet" ( je crois que ça résume l'idée)
Lors de ce réveil, le brave curé - qui était en plus exorciste- passe Ad Patrès vite fait, mais a quand même le temps de donner quelques tuyaux à Rin, pas franchement heureux de cette parenté surprise.

Rin et Yukio vont donc se trouver confiés à un certain Méphisto Phélès directeur d'université au look excentrique, capable de se transformer en .. ce qui ressemble vaguement à un scottish terrier (gné?!)
Bon je ne le trouve pas en version manga, le voici dans toute sa glorieuse rositude en version animation.
"Je suis l'esprit qui toujours nie ; et c'est avec justice : car tout ce qui existe mérite d'être détruit, il serait donc mieux que rien n'existât" ( Faust)
....
Hahahaha, gentil toutou.


Rin a le choix: soit être buté de suite, soit être pour chassé et buté un peu plus tard. Il opte pour une troisième voie: devenir exorciste à son tour et utiliser ses pouvoirs de démon pour aller botter le cul à son diabolique géniteur et venger le curé. Un demi-démon exorciste... Mephisto accepte et conduit Rin le glandeur à l'université. Car l'exorcisme est une matière à apprendre et il va y avoir du travail pour un décrocheur comme lui.

Encore une fois à l'opposé de Yukio, bon en tout, qui maitrise ladite matière depuis longtemps et entre aussi à l'université, non pour apprendre, mais pour enseigner et diriger son frère. Rin était donc bien le seul à ignorer son pouvoir.

Des ados dotés de pouvoirs hors normes, d'un intelligence et d'une force hors du commun. Rien de ce qui m'accroche habituellement, et j'ai passé les 2/3 du livre à me dire "ouais.. bof".. jusqu'à la 3° histoire, qui voit arriver une petite fille nommée Shiemi possédée par un démon végétal.

Pour un passage en particulier qui m'a faite beaucoup, mais alors beaucoup rire. Et je me demande si c'était comme ça dans la VO, ou si c'est un coup voontaire ou involontaire du traducteur/adaptateur mais les gens de ma génération vont comprendre:

(Shiemi prise en otage par le démon qui menace de la buter)
Shiemi:Kyaaaaah
Yukio: je vais tirer dans le tas!
Démon: ça ne prend pas, tu bluffes
Yukio:qu'est-ce qui te dit que je bluffe?
Moi:il bluffe!
pas sûr...
si si, il bluffe, ça se voir tout de suite!
mmm il a pas l'air de bluffer là quand même!
on vote? Moi je vote et je dis "il bluffe".

En fait c'est juste parce que cette scène précise m'a rappelé cette autre scène précise que j'ai presque envie de lire la suite, juste pour vérifier s'il va y avoir une référence à un improbable duo de danse ou des cons de mimes (quoique dans le genre cirque, Méphisto, même quand il n'est pas sous forme canine, fait l'affaire).
Même s'il y a peu de chances et que la seule chose qui me soit restée en mémoire c'est parce que deux situations proches se sont collisionnées dans le LHC que peut parfois être mon cerveau

Mais bon, avec ou sans référence à la Cité de la Peur, je donnerai quand même sa chance au tome 2 à l'occasion, je ne juge jamais sur un seul tome.
Malgré tout, on est quand même sur du pur shônen, et c'est un peu moins mon truc que le Seinen en fait. A priori, trop classique à mon goût, ça aurait pu me plaire quand j'avais 15 ou 20 ans et peu de références manga. Je suis intriguée, mais pas séduite.
Pour le moment, il manque de quelques ingrédients: un poil de noirceur, un peu de cruauté, un enjeu un peu moins avoué que " je veux lui meuler la tronche". On verra si la suite creuse un peu, il y a un certain potentiel, reste à voir comment il sera développé.
( et pourtant même en shônen, il y en a qui m'ont accrochée dès le tome 1, quitte à me décevoir par la suite, parce qu'ils avaient le "truc" en plus qui les différenciait dès le départ. Je sens que Blue Exorcist manque de ce"truc" là)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire