samedi 30 avril 2016

Kiki la petite sorcière (long métrage animation)

comme c'est la semaine "sorcellerie" sur mon autre bog, et qu'après avoir vu pas mal de bons films mais aux thèmes très sérieux et violents, j'ai eu comme une envie d'un dessin animé, tout gentil, tout mignon, sans drame, sans violence..

et j'ai logiquement ressorti Kiki la petite sorcière, un Miyazaki un peu ancien (1989), pas encore aussi ambitieux que ses grandes productions des années 90/2000, mais qui me donne toujours la pêche.

Kiki est vraiment la sorcière la plus chou de l'histoire du dessin animé. Dans sa famille on est sorcière de mère en fille, et toute sorcière qui veut être reconnue comme telle doit, à l'âge de 13 ans, quitter sa famille pendant un an pour vivre indépendamment, se trouver un endroit qui lui plait et trouver sa voie, son talent spécial, un travail qui l'intéresse...

Kiki a donc l'âge requis et se décide à partir pour son apprentissage de sorcière. En avant, avec la tenue noire régementaire des sorcière, le balai volant, et Jiji, son chat noir.

Ce qu'elle souhaite: une ville assez grande , près de la mer. La seule condition : qu'il n'y ait pas déjà de sorcière établie à cette endroit. Elle se trouve donc une ville portuaire, qui ressemble pas mal à l'Italie de Porco Rosso.
Mais la ville la déçoit un peu: jolie mais les habitants ne semblent pas vraiment y apprécier les sorcières ( bien que leur existence ne les étonne pas plus que ça. Les réactions sont surtout de l'indifférence, plus ou moins polie, à l'enthousiasme gênant de Tonbo ( Littéralement " Libellule"), un gamin passionné par tout ce qui vole et qui veut absolument devenir ami avec Kiki, de manière pour le moins envahissante.
Loins de l'accueil à bras ouvert qu'elle espérait, elle est prête à baisser les bras et à chercher une autre ville, lorsqu'elle rend par hasard service à madame Osono, boulangère enceinte qui ne va plus pourvoir travailler bien longtemps. entre Osono qui a besoin de repos et Kiki qui a besoin de travail, un accord se fait vite: Kiki sur son balai volant pourra faire des livraisons, pour la boulangerie ou pour des clients particuliers, en échange du logement.

On suit donc Kiki, dans la découverte de sa nouvelle ville, de sa nouvelle vie. Et le lieu qui à première vue semblant un peu déçevant, se révèle plein de surprise et d'habitant plutôt farfelus: une vieille dame et sa domestique tout aussi pagée mais passionnée d'aventures et de faits divers dramatique, qui se débattent avec des ustentiles de cuisine hors d'âge, une dessinatrice retirée dans la forêt en quête d'inspiration (marrant d'ailleurs, elle explique être venue là pour trouver son propre style, parce qu'elle ne faisait que copier celui des autres.. or son propre style ressemble comme deux gouttes d'eau à du Chagall :D),

apparemment il s'agirait d'un dessin fait par des élèves d'une école pour "enfants difficiles" et retravaillée par l'équipe du film, mais le résultat me fait complètement penser à du Chagall
et Tonbo donc, et ses inventions aussi dangereuses qu'improbables, comme le vélo à hélices.
ho j'ai trouvé Charlie ( il ne lui manque qu'un bonnet et c'est bon...)

Mais Kiki doute, manque de confiance en elle, et ça c'est le pire pour une sorcière: perdre son assurance, c'est aussi risquer de perdre ses pouvoirs magiques. Et perdre confiance ça arrive vite, lorsqu'on est isolée dans un lieu où on ne connait pas grand monde. Il va donc lui falloir s'intégrer à la communauté en y trouvant sa place, et accepter de ne pas rester sur ses premières impressions pour se faire des amis, car même les sorcières ont besoin d'avoir des amis! En cas de crise, ça aide bien à remettre les choses en perspective.


Un film simple, sur les petites joies et déconvenues du quotidien, où la sorcière est finalement une fille très normale, hormis son aptitude à voler sur un balai, et les gens normaux un peu... hors normes.
Pas mon favori, mais je lui trouve un charme très agréable et j'aime bien le revoir quand je n'ai pas trop le moral, ou comme je le disais quand j'ai vu pas mal de choses trop sérieuses et que j'ai envie d'un peu de légèreté.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire