samedi 5 août 2017

Ju-on (film, 2000)

Et voilà, après The Ring et Dark water, il était temps que je regarde le 3 célèbre film d'épouvante japonais

Ce n'est plus un film de Nakata Hideo, adapté d'une nouvelle de Suzuki, mais c'est Shimizu Takashi le réalisateur.

je n'ai pas trouvé l'affiche originale, mais l'affiche internationale se fout déjà bien de nous en jouant sur les mots: " par le même directeur que The Ring". Mais attention, le réalisateur n'est PAS  le même

Et, ça me peine de dire ça, mais on sent de suite la différence, dans la manière d'installer la tension et le mystère. Et Shimizu n'est pas aussi doué que son compatriote, avec pourtant une base similaire: une histoire de hantise, une ou plutôt deux fantômes bien décidés à en découdre et à faire crever de trouilel le maximum de gens.

Tout commence dans le vif du sujet, par un meurtre.dès la séquence d'ouverture, un homme tue sa femme, et son chat sous les yeux de son fils de 5 ou 6 ans. On ne saura pas ce qu'il advient de l'enfant, en tout cas, pas de suite.

Hop séquence suivante, intitulée Rika: Rika, bénévole d'un centre social, vient à la place d'un collègue voir ce qui se passe dans une maison apparemment abandonnée. Il y règne une pagaille monstres,  il malgré les nombreuses paires de pantoufles dans l'entrée qui semble indiquer que plusieurs personnes y habitent, Rika n'y trouve que madame Tokunaga, une vieille dame prostrée et quasiment invalide, qui ne peut pas elle seule avoir mis un pareil désordre,y compris à l'étage. L'étage d'où proviennent d'étranges bruits. Evidemment, on miaule, le coup classique c'est un chat. Mais il y a aussi des grattement qui viennent d'un placard, fermé au rubaun adhésif. Lorsqu'elle l'ouvre, elle y trouve enfermé un petit garçon, visiblement maltraité, et fait ce qu'elle doit faire, appeler les services sociaux, pour leur signaler la présence de celui qui dit s'appeler Toshio. Au même moment, elle aperçoit une inquiétante forme brumeuse et noire qui s'attaque à la mamie. qu'arrive -t-il a Rika? On ne le saura pas, enfin pas tout de suite..
Vous le sentez venir le problème majeur du film?

logique de film de trouille: si tu es dans un endroit chelou et que tu entends des bruits au grenier, la seule chose à faire est d'aller y voir avec pour seule arme une lampe de poche ( on sait pas, ça pourrait aussi bien être des bandits armés en cavale, ou des assassins bien vivants, rien de dangereux donc)

Hop séquence suivante: deux personnes arrivent dans la maison, le fils de la dame et sa belle file et... KWA? ils arrivent et ne constatent rien d'anormal? Mamie vient d'être attaquée par un monstre il y a 2 minutes...
Hé non, parce que faut le deviner, mais le film est découpé en séquences, portant chacune le nom du personnage qui va être hanté ou au moins voir le fantôme, mais elles sont dans le désordre. La Séquence précédent se passe en fait après la suivante, où le reste la famille découvre que leur maison est hantée. La belle fille meurt de trouille, le fils fait dégager sa soeur Hitomi qui venait dîner et part cacher le cadavre de sa femme dans le grenier avant de se suicider.

C'est donc maintenant Hitomi qui va être hantée jusque chez elle par des fantômes visiblement très collants, capables de téléphoner et d'imiter la voix de son frère, son apparence, de sonner aux portes, et de détraquer la télé.
Et Rika: après son appel, les services sociaux font intervenir la police, et on la trouve prostrée aux pieds de la vieille dame morte ( de peur!)

Enquête pour retrouver donc l'équipe de police qui avait enquêté 6 ans plus tôt sur le meurtre de Saeki Kayako par son mari et sur la disparition de toujours non élucidée de leur fils Toshio
Attention spoiler: il est mort.
Ben oui, il a toujours l'apparence d'un enfant de 5 ans et il est bien blanc quand même... enfin pas toujours.

Donc vous l'aurez compris, le problème majeur, c'est la forme en saynètes qui coupe complètement le rythme, là où au contraire, il faut prendre le temps d'installer une ambiance. Et là où les deux films de Nakata réussissaient leur pari avec un budget pourtant limité. Mais non, tout va trop vite, et les personnages meurent à la pelle avant même qu'on ai pu retenir leurs noms.
L'autre problème, c'est le maque de constance de l'apparence des fantômes: Toshio a parfois l'air d'un enfant normal quoique battu, parfois d'un fantôme bien blanc ( j'y reviendrais), Kayako a parfois l'aspect d'une brume noire, et parfois celle d'une femme fantômatique qui rampe au sol en grinçant.

Donc peu de moyens, d'où des effets fauchés, ça peut être intéressant, et l'idée d'un maquillage très artificiel est assez bien trouvée ( le gamin est entièrement passé au maquillage blanc, avec du liner noir, qui fait très fantôme de théâtre, il ne dénoterait pas au Kabuki).
Par contre, là où The ring avait trouvé une idée géniale pour donner un air étrange à Sadako ( prendre une actrice de théâtre, la faire marcher à reculons en la filmant, et passer la bobine dans l'autre sens pour lui donner des mouvement totalement irréels), Ju-on ne fait.. rien de spécial. Les fantômes ont donc des déplacements normaux, et font trop.. vivants.
Encore toi? Tu te rends compte qu'avec ton air de Casper le gentil fantôme, les gens sursautent parce que tu les surprends, pas parce que tu leur fais peur. T'es mignon, mais va jouer ailleurs
Et Kayako est plus ridicule que flippante lorsqu'elle descend les escaliers en rampant et en cliquetant.J'ai bien rigolé plusieurs fois, mais... du côté boiteux du film, qui essaye d'imiter The Ring, sans y parvenir ( j'vous jure à la énième apparition de Toshio, planqué sous une table de restaurant, là, au dessus: je me suis écriée : "ptain! t'es encore là toi, quel pot de colle! Si on joue à cache cache, tu nous foutra la paix?"


mais c'est pas vrai.. barrez-vous de mon pageot ou je vous exorcise à grand coup de sel dans la tronche!
Dommage, il s'en fallait de peu pour que ça soit un bon film, mais sa construction peu convaincante, et sa manière de tout précipiter en font un film raté, qui donne pleinement le temps de se rendre compte que justement, il avait des qualités... mal exploitées.Là on a une maison hantée, tous ce qui y rentrent finissent pas mourir ou disparaitre, au bout d'un moment, c'est pas lapolice qu'il faut appeler, faites venir un exorciste, ça sera plus simple et plus raide.

gniii, ça c'est ce que je déteste: trouver qu'un film est d'autant plus raté qu'il avait des cartes en main pour être sinon bon, du moins potable.
Ca ne me plait pas de casser un film, j'aurais voulu l'aimer. Mais là, tel quel, j'ai du mal à comprendre comment il a pu faire un tabac au point d'avoir 5 suites et 2 remakes américains. Et probablement d'autres à venir.

Sinon, comme on peut s'en douter, deux cartons  au cinéma finissent toujours par se rencontrer ( alien, c'était énorme, Predator, c'était énorme, donc, si on faisait alien Versus Predator pour voir qui va gagner?! et Freddy Vs Jason...) il y a donc eu l'an dernier "Sadako Vs.Kayako" que je n'ai donc pas vu, même pas sûre qu'il ait été distribué en France.
Fantôme contre fantôme en gros :D
Apparemment le film n'a pas eu d'excellentes critiques, mais par contre la promo en a été assez fun: un match de base-ball de fantômes.



Et une mini-déception de plus


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire