qui vient ici?

Flag Counter

vendredi 23 octobre 2020

Fantômes du Japon (1) - Lafcadio Hearn

Une lecture, et qui plus est, autre qu'un manga mais c'est la teuf !

En fait, celui- ci était prévu cet été, pour marquer le coup de O-bon, je l'avais lu il y a longtemps, mais je voulais le relire un peu auparavant pour en parler. Sauf que j'ai déménagé et qu'il s'est retrouvé au fond d'un carton, je ne l'ai pas retrouvé à temps. Tant pis, ce sera donc un sujet Halloween.

Lafcadio Hearn est un étrange personnage, au chemin de vie très inhabituel. Anglo - grec, dont le prénom évoque l'île de Leucade dont il était à moitié originaire, ce qui était un métissage rarissime au XIXE siècle, le monsieur a eu une vie très chaotique, quelques soucis à se trouver un port d'attache, et a beaucoup voyagé. De ses voyages, il a tiré la matière de plusieurs nouvelles et récits inspiré des folklores des lieux qu'il visitait : Louisiane, Caraïbes et donc Japon. Pour ce dernier , il est l'un des premier européens à s'y être fixé au moment de l'ouverture du pays, à en avoir appris la langue et à avoir mené un véritable travail d'ethnologue en ce qui concerne le folklore et les recits fantastiques en particulier. C'est à lui que l'Occident doit la découverte des légendes et creatures fantastiques japonaises, bien longtemps avant la déferlante de manga sur le thème des yokai et yurei.

Je dois reconnaître que ce genre de personnes atypiques me plaît beaucoup, il va falloir que je me renseigne sur ses écrits concernant les Caraïbes.

Ce sont donc une bonne quantité de contes et légendes regroupés par thématiques que contient l'ouvrage.

Donc vu qu'il y a beaucoup de nouvelles regroupées en 6 parties, je vais morceller.

Et donc voici les deux premières parties: " songes et mensonges" et " amours et retours". Le deux sont peuplés de fantômes, fantômes d'êtres humains ou lieux fantômes, et de yokai.

Songes et mensonges: ici il va etre question d'aventures vécues en rêve, d'illusions, de pays mythiques. Les deux premiers contes sont très connus, mais j'ai une préférence pour le très inattendu " homme requin " de la dernière et la cocasse " Source magique"

- l'aveugle qui faisait pleurer les morts, ou l'histoire de Hoishi sans oreilles: 

l'aveugle Hoishi est un musicien pauvre mais talentueux, qui vit dans un temple et par un concours de circonstance, se retrouve sans le savoir recruté par des fantômes .Jusqu'à ce que des passants signalent aux prêtre que la nuit, Hoishi joue comme un forcené au cimetière. Le prêtre comprenant qui abuse de l'infirmité de Hoishi, lui propose alors un une solution pour le sortir de ce pétrin. Hoishi restera la nuit seul sans bruit dans la pièce et ne répondra pas à l'appel du samouraï fantôme. Le prêtre ayant pris soin de le couvrir entièrement de formules de protections le rendant invisible aux esprits. Mais il a oublié les oreilles, seule partie que voit le samouraï. Deux oreilles flottant au milieu du vide, qu'il coupe pour les ramener comme preuve qu'il est acquitté de sa mission et a ramené la seule partie qu'il a pu trouver d'Hoishi. Et les fantômes  ne revinrent plus. C 'est depuis ce jour qu'il fut surnommé "Hoishi sans oreilles"

- le songe d'un jour d'été ou l'histoire de Urashima Taro. Et l'histoire de la source magique

Urashima Taro à dos de tortue

Une des légendes les plus connues,  qui narre la mésaventure du pêcheur Urashima Tarô, sauvé de la noyade par la fille du roi- dragon de la mer. Il se marie avec elle au fond de l'eau, mais éprouve quelques temps plus tard l'envie de revoir la terre ferme, sa famille et ses amis. Elle lui confie un coffret avec pour consigne de ne pas l'ouvrir. Mais lorsque Tarô se retrouve chez lui, il ne reconnaît rien et pour cause: les quelques jours passés dans le palais sous-marin sont en fait des siècles sur terre. Ses proches sont morts depuis longtemps, on raconte l'histoire légendaire de son naufrage aux enfants et on lui montre le cénotaphe à son nom. De désespoir Tarô ouvre la boîte... Et tombe en poussière, rattrapé par le temps.
L'auteur complète ici par l'histoire de la source magique: un vieux paysan assoiffé se désaltère à une source sans connaître  sa vertu miraculeuse,et lorsqu'il rentre chez lui, il a retrouvé le physique et la santé de ses vingt ans... sa femme s'empresse de s'y rendre et boit à son tour.. et boit et boit... jusqu'à retrouver le physique de ses deux ans. 

- Le rêve du papillon et de la fourmi: 

Un homme fait une sieste au pied d'un arbre. Il rêve qu'on vient le chercher pour épouser une noble dame, avec laquelle il part vivre dans une ile dont il est nommé gouverneur, poste où il reste pendant 25 ans, menant une vie des plus banales, avec des enfants, jusqu'à la mort de sa femme. On lui annonce alors qu'il peut rentrer chez lui. A son réveil, sa sieste n'a duré que quelques minutes. Il s'est endormi sur une fourmilière, et creusant pour en avoir le coeur net, il découvre que la fourmilière est le palais miniature dont il a rêvé.

- le mangeur de rêves:

 le Baku est une créature mythique, supposé' dévorer les rêves. Il suffit de lui raconter ses cauchemars pour le nourrir. Mais ce qu'un humain considère comme cauchemar peut en fait être un bon rêve, dont le baku ne voudra pas.


un modèle de baku pour tatouage

- la ville qui ne connaît pas la mort et la douleur: 

Horai est une ville mythique qui ne connaît jamais le malheur, c'est toujours l'été, les habitants y vivent éternellement jeunes et heureux....ville enchantée de fées ou monde de fantômes ignorants de leur situation?

- celui qui voulait rencontrer Bouddha ou l'histoire d'un tengu ( homme- oiseau messager des dieux):

 

Statue de tengu

Un vieux prêtre sauve un vautour martyrisé par des gamins, sans savoir qu'il s'agit d'un tengu. Pour le remercier le tengu offre de réaliser son voeu : voir le bouddha avant de mourir. Le tengu accède à cette requête recommandant au vieux prêtre de ne pas se prosterner devant le bouddha, de ne rien dire. On sait ce qui se passe quand un personnage de conte est averti de ne pas faire quelque chose: il le fait, pour son malheur.

- la gratitude de l'homme-requin: 

Totaro vient en aide à un désespéré. C'est un homme-requin exilé de la mer, que Totaro installe dans un étang. L'humain et la créature fantastique deviennent amis, jusqu'à ce que Totaro tombe amoureux d'une femme...mais pour l'épouser il doit amener 10 000 rubis à sa famille. C'est à son tour d'être désespéré, au point d'en perdre la santé. Ce qui attriste beaucoup son ami le requin qui pleure beaucoup. Mais les requins ont l'étrange capacité de pleurer des rubis. A condition d'être affectés d'un vrai chagrin, or comme Totaro est ragaillardi suite à cette découverte, que faire? Il n'a pas assez de rubis, mais le requin n'a plus de raison d'être triste. 

Amours et retours: cette fois, il va être question de fantômes et de réincarnation. Histoires d'amour au travers des siècles...et vengeances de femmes trahies. Cette fois j'ai bien aimé la compassion de Benten et l'histoire de O-Tei, les deux avec une fin heureuse. De temps en temps ça fait plaisir. Mais aussi parce qu'elle sont très asiatiques, avec dans le premier cas, une partie de l'esprit d'une femme qui quitte son corps et vit indépendamment d'elle, et dans le second, une réincarnation qui se passe bien.

- la légende du village des joueurs de koto, ou l'histoire de Ito Norisuke

Ito Norisuke, jeune ronin, rencontre une petite servante un soir sur la route et pour lui éviter une attaque, la raccompagne chez son employeur, dans un village très isolé. Pour le remercier, il est invité. Quelle surprise d'etre attendu par la maitresse des lieux, une fort jolie femme de noble famille qui le demande illico en mariage. L'aubaine est inespérée et Ito accepte... sans savoir qu'elle est un fantôme. Ce n'est qu'une fois marié qu'elle lui révèle avoir vécu plusieurs siècles plus tôt, l'avoir rencontré de son vivant, mais n'avoir pu l'épouser à cette époque. Son regret l'a condamnée à errer sur terre comme fantôme. Mais elle promet de venir le chercher 10 ans plus tard. Ito prend la chose avec philosophie, accepte le fait d'être marié à une femme fantôme.. Et attend les 10 ans sans poser de question.

- Histoire des fantômes de la lanterne pivoine ou le karma passionnel. : Celui là est si important que je le garde pour un sujet à part

- Celui qui épousa deux fois la même femme ou la compassion de Benten.


Benten est l'une des 7 divinités du bonheur,ici accompagnée de mon animal totem.

Un jeune homme se promenant près du temple de Benten, déesse de la beauté, trouve un poème écrit sur un rouleau de papier. Il en admire l'écriture et s'imagine celle qui a bien pu rédiger d'une aussi jolie calligraphie: il imagine une jeune femme, qui devient son obsession. Il décide donc de prier Benten pour rencontrer cette mystérieuse calligraphe. Ce qui se passe, il rentre donc chez lui à l'issue d'un mariage organisé par le dieu des mariages lui même, et vit très heureux avec sa femme, invisible pourtant au yeux du voisinage.. Jusqu'au jour où quelqu'un qui ne le connaît pas l'appelle par son nom, et lui explique que la déesse Benten lui est apparue en rêve, annonçant où et quand le trouver et qu'il épouserait la fille de la famille. Quelle n'est pas la surprise du jeune homme de voir une femme pareille à la sienne qui ignore totalement que son esprit est déjà marié depuis plusieurs mois avec son futur époux...
(c'est une chance pour lui que l'auteur de la calligraphie ait bien été une jeune femme, pas un vieux bonze !)

-La première femme du samouraï ou la réconciliation.

Un samouraï pauvre mais heureux en mariage, décide malgré tout de divorcer, pour épouser une femme plus riche dont la famille lui ouvrira la porte d'une belle carrière. Mais la seconde femme est aussi acariâtre que la première était aimable, et l'homme regrette d'avoir aussi honteusement trahi sa première épouse pour de l'argent. Au bout de quelques années, il décide de divorcer de sa seconde femme pour retrouver la première, qu'il retrouve effectivement. Toujours aussi jeune qu'avant, dans une maison pourtant en ruine et envahie d'herbes folles. Pas difficile de deviner ce qui est arrivé à la malheureuse.

- le mariage posthume ou l'histoire de o-Tei.

Nagao et O-Tei sont fiancés depuis l'enfance et doivent se marier quand Nagao aura fini ses etudes. Mais O-Tei meurt avant l'age adulte . Elle promet à son fiancé qu'ils se reverront , et pas dans l'autre monde, s'il a la patience d'attendre qu'elle se réincarne et que sa nouvelle incarnation soit adulte. Problème: où la trouver et comment la reconnaître? Nagao mène sa vie pendant 17 ans, se marie , devient veuf... et un jour en voyage dans un village, rencontre une servante d'auberge, de 17 ans, portrait craché de O-Tei. Lorsqu'il lui demande son nom en lui disant qu'elle ressemble de manière effrayante à quelqu'un qu'il a bien connu autrefois, elle répond instantanément " je suis O-Tei, morte il y a 17 ans, et tu es Nagao mon fiancé, je t'avais dit qu'on se retrouverait" avant de s'évanouir et de perdre tout souvenir de sa révélation. Mais enfin une histoire qui finit bien!

- la femme de la neige ou Yuki- Onna

Pas de fantôme cette fois, mais un yokai des plus connus. Deux bûcherons, un vieil homme et son jeune apprenti,égarés en pleine tempête de neige, trouvent refuge dans une chaumière. En pleine nuit le jeune se réveille et voit une femme vêtue de blanc penchée sur son employeur: elle vient de le tuer, mais épargne l'apprenti par pitié pour sa jeunesse. Mais gare à lui s'il raconte à quiconque ce qu'il a vu, elle le saura et reviendra se venger. Le jeune homme rencontre l'année suivante une jolie femme, nommée Yuki, neige. Elle est très gentille et il a tôt fait de la demander en mariage, un mariage durable et heureux, ils ont dix enfants sans que la femme ne semble jamais changer physiquement.
C'est alors qu'un jour il lui raconte cette étrange rencontre avec une créature surnaturelle à laquelle, comme par hasard, elle ressemble beaucoup. Apprenant la chose Yuki se fâche, car il avait promis de ne jamais raconter cette histoire et vient de la trahir.. auprès d'elle -même. Mais cette fois encore elle l'épargne, avant de disparaître, car les enfants seraient orphelins.

- la morte trop aimante ou l'histoire de O-Kame

La jeune O-Kame , qui adore son mari est mourante. Elle lui fait promettre de ne jamais se remarier, ce qu'il accepte. Peu après les funérailles de O-Kame, le veuf commence a dépérir, et visiblement pas seulement de chagrin. Il finit par révéler que toutes les nuits, O-Kame dont l'esprit ne trouve pas le repos malgré les offrandes, revient le hanter. Et lorsque les prêtres ouvrent la tombe, O -Kame parait bien vivante et bien nourrie. O-Kame est un vampire, même si ce nom n'est jamais dit, apparemment bien décidée à ce que son cher époux la rejoigne le plus vite possible.

- Le secret que la morte voulait effacer ou un secret mort

Une jeune femme nommée O-Sono vient de mourir, et son fantôme revient, nuit après nuit, comme attiré par la commode où elle rangeait bijoux et vêtements. Le prêtre tente d'apaiser le fantôme en donnant bijoux et vêtements au temple, ce qui habituellement fait disparaître les revenants, mais rien n'y fait , O-Sono revient toujours hanter sa commode vide. Elle n'est pas dangereuse, mais anxieuse à cause d'une lettre qui se trouve cachée sous un tiroir. La promesse du prêtre de brûler la lettre sans révéler ce qui s'y trouve apaise O-Sono qui peut disparaître. Et le lecteur non plus ne saura pas ce qui l'angoissait.

Voilà pour les deux premières parties, la suite arrive très vite, c'est promis, si je ne tiens pas ma promesse, que les fantômes viennent me tourmenter!

Le Japon vu par....un anglo-grec.

mercredi 21 octobre 2020

Ludwig Révolution t.3 Kaori Yuki.

 On continue sur les contestables aventures du pire dragueur des contes de fées.



La fin du tome 3 annonçait l'arrivée de Hansel et Gretel, nouveaux tueurs à gage engagés par Julius, le demi-frère de Ludwig très pressé de mettre ses fesses sur le trône.

Il leur a donc donné la double mission de faire passer de vie à trépas son cher frangin, mais aussi Lisette le chaperon rouge qui a failli à sa mission (tuer Ludwig aurait aussi impliqué de tuer au passage Wilhelm, son seul ami, et elle a une éthique professionnelle. Même si son sens de l'amitié est surtout lié au fait qu'étant sadique elle aussi, depuis que Wilhelm est parti se faire exploiter ailleurs, elle n'a plus eu personne à harceler).

Et donc la première histoire sera celle de Hansel et Gretel. Comment sont ils devenus des meurtriers  à la solde de Petronella et Julius. Et comment encore enfants, ils ont rencontré Ludwig qui a couvert leur fuite.

Et leur histoire n'implique pas de maison en pain d'épice, c'est juste une histoire qu'ils se sont inventé pour ne pas perdre la tête.

Abandonnés dans la forêt par des parents trop pauvres pour les nourrir, Hansel, grand dadais simple d'esprit, et Gretel, petite maligne, ne peuvent compter que sur eux mêmes. Mais alors qu'ils sont sur le point de mourir de faim, avec Gretel malade qui ne voit plus très clair, ils arrivent à une chaumière où est supposée habiter une vieille dame. Celle ci a été tuée par une criminelle qui va se servir des deux enfants pour couvrir son crime. Hansel lui sert de victime pour tester de nouvelles tortures, tandis que Gretel fait le ménage... Jusqu'au jour où elle recouvre la vue, et trouve la criminelle en train de torturer Hansel. Criminelle qui lui rappelle leur propre mère qui les battait sans merci. Gretel grille donc la criminelle avec son arme favorite, le lance-flamme, libère son frère et tous deux vont entamer une carrière dans le banditisme. Cependant dans leur fuite, ils sont couverts par Ludwig encore tout jeune, sans savoir de qui il s'agit.

Et encore moins que la personne qu'ils doivent exterminer est exactement celle à qui ils sont redevables.

Retour au présent: Hansel et Gretel provoquent un éboulis obligeant Ludwig a faire halte dans un village en ébullition: le prince local a décidé d'organiser une grande fête pour trouver sa future femme. Wilhelm et Ludwig sont logé chez un bourgeois qui a 3 filles. Deux  bombes qui prennent plaisir à harceler leur petite soeur, Aschenputtel " la fille des cendres". Et c'est donc parti pour l'histoire de Cendrillon. Une Cendrillon complètement ravagée, qui prend plaisir à être humiliée et traitée en esclave.

Ho oui, punissez moi!

Cendrillon: cas psychiatrique

Pas tant par goût comme Dorothea, mais parce qu'elle a peur de la joie, de la chance qui ne dure pas, alors que le malheur, lui, est quelque chose de stable. Donc pour se bercer d'illusions, et se dire que sa situation est mieux que d'être ignorée, elle part du principe que ses soeurs l'engueulent parce que " qui aiment bien châtie bien" et qu'on la surcharge de travail pour en faire une épouse accomplie qui sait tenir sa maison.

le vrai problème de Cendrillon

Elle est aussi complexée par ses grands pieds, car elle chausse du 42. Et ne peut pas se rendre au bal sans une paire de chaussures élégantes. Que Ludwig lui prête, lui aussi chaussant du 42. Moins par solidarité que par calcul : si toutes les filles vont à la fête où une seule doit être choisie, il y aura des dizaines de déçues à pécho. De plus se sachant traqué par des tueurs, il estime qu'il y a moins de risques dans une foule ( ce qui n'est qu'un point de détail pour Hansel le maniaque de la hache et Gretel, l'adepte des grillades au lance-flammes.

Or ce que personne ne sait c'est que le si parfait prince du coin est un dingue des reptiles, et qu'il organise sa soirée pour retrouver la fille aux pieds immenses qui , un jour dans un pré, a piétiné et blessé par mégarde et sans s'en rendre compte Isolde. Son animal de compagnie, son lézard favori. C'est un otaku des reptiles qui veut se venger.

Quelque part, Aschen est le choix parfait pour lui: elle estime que plus on l'humilie, plus c'est une preuve d'affection, et parle aux souris qu'elle élève dans son grenier. 

Il n'y a que ces deux histoires dans ce tomes, celle de Cendrillon occupant 3 chapitres. Et meme si l'intrigue secondaire progresse un peu, de mémoire, ca ne mènera pas loin, car le tome 4 est le dernier, et ne conclut pas. Kaori Yuki a interrompu sa serie pour congé maternité et ne l'a pas reprise ensuite. Un tome hors série " Ludwig fantaisie" est paru des années après, et je ne l'ai pas, mais apparemment, il ne conclut pas non plus, c'est un bonus qui exploite la petite sirène d'Andersen et le conte de la princesse Kaguya. L'auteur avouant qu'elle ne pouvait plus.exploiter vraiment d'autres contes des frères Grimm, car ils ne mettent plus en scène d'humains, en tout cas, pas de type" princiers".

Et on ne peut pas sans cesse transformer son héros en animal.

Ce tome 3 manque cruellement de  Dorothea qui n'y apparaît presque pas. On sait qu'en fin de compte, Ludwig recrute pour lui-même Lisette, sans emploi puisqu'elle a failli à sa mission, et la charge de retrouver quelqu'un, mais je dois dire que je ne me  plus du tout à ce moment de l'intrigue, si ce fait est exploité ou non.

Dommage l'idée de départ de faire une version trash des contes de fée était sympa et commençait à prendre un peu plus de corps avec les nouveaux personnages ( qui permettaient au passage de ne plus se contenter de gags sur les nichons), mais on sent par contre déjà un manque d'inspiration sur le caractère ( ou plutôt les lubies) des personnages secondaires: Aschen est masochiste, ce qui fait double emploi avec Dorothea, ses soeurs sont des allumeuses, ce qui est le cas de pas mal des autres figurantes, l'otaku des reptiles rappelle un peu l'otaku du tome 2. Mais j'aime bien Lisette et Wilhelm, et Hansel et Gretel. Dont les histoires sont plus glauques et moins parodiques.


mercredi 14 octobre 2020

Ludwig Révolution t.2 - Kaori Yuki

 Et on continue sur la lancée des aventures du prince le moins royal du monde.



Toujours aussi arrogant, mais qui ne sait pas ce qui l'attend.

Car pendant qu'il court le monde avec pour consigne de ramener une fiancée digne de ce nom, le roi, qui ne se fait pas beaucoup d'illusions, a décidé d'epouser sa maîtresse de toujours et de légitimer son fils caché, qu'il pense bien plus apte à régner que cet obsédé sexuel de Ludwig. Le petit Julius est de fait un... sale gosse manipulateur, bien décidé à faire passer son demi-frère de vie a trépas, histoire de s'assurer de pouvoir s'asseoir sur le trône, juste au cas ou papa changerait d'avis.

Et donc forcément, à qui faire appelle, sinon au meilleur snipoer de la region qui en plus a une dent personnelle contre Ludwig?

Et Ludwig, pendant ce temps que fait-il?

Il visite d'autres contes un peu moins connus ( en tout cas moins connu du public japonais de 2007): Rapunzel, Demoiselle Maleen, le roi grenouille et la gardeuse d'oies.

Et les héroïnes sont aussi gratinées que précédemment.

Première héroïne, Rapunzel.

Oui la jolie fille est une psychopathe
particulièrement violente


Qui est une mégère capricieuse et violente, du genre à capturer les oiseaux pour les manger tout crus parce que sa livraison de nourriture tarde. De fait la sorcière qui la détient prisonnière n'est autre que Dorothea, la maso, mais occupée ailleurs - à poursuivre Ludwig de ses assiduités - elle fait livrer la nourriture de Rapunzel par un chat noir nommé Damien ( elle a aussi des serpents, Jason et Carrie, et ce detail m'éclate). Et donc en l'absence de la sorcière, Rapunzel a réussi à mettre la main sur un prince, très incompétent, nommé Silvio. Un brave garçon très fils à maman, mais qu'elle se tape, faute de mieux. Elle est d'ailleurs enceinte, donc une fois de plus, pas un bon choix.De plus elle est dangereuse, sans le vouloir: les réponses volées par ses parents dans le potager de Dorothée etaient des légumes magiques destiné à fabriquer de la lotion capillaire. Dorothea l'a donc gardée avec elle le temps de voir s'il y avait des effets secondaires et...oui. non seulement ses cheveux poussent sans cesse, mais ils s'animent seuls et étranglent des gens quand elle s'énerve. Et elle s'énerve beaucoup,et vite, la garder enfermée est donc un moyen de l'empêcher de nuire. Et voilà enfin une explication tordue mais logique à cette malédiction capillaire.

Décidément, c'est bien Dorothea que je préfère dans ce manga

Et donc, oui, nous avons le retour de Dorothea la maso, mais enfin arrivent d'autres personnages masculins bien débiles, après Barbe bleue schizo, Silvio le benêt. Et plus tard il y aura Christo l'otaku. Ludwig a abandonné sa collection de cadavres mais est toujours sadique et obsédé. Pas un pour rattraper l'autre. 

Candidate n°2: Demoiselle Maleen.
Maleen est une malchanceuse qui s'est amourachée 7 ans plus tôt d'un type dont ses parents ne voulaient pas et qui, pour la faire changer d'avis, l'ont emmurée vivante avec une bonne , dans une tour, avec des provisions pour 7 ans, et vogue la galère, on reviendra dans 7 ans voir si tu es plus raisonnable. Or ce que Maleen ne sait pas c'est que son pays a été ravagé par la guerre, et que sa famille est morte depuis longtemps. C'est Ludwig qui la libère involontairement en s'amusant avec un vieux canon sur le champ de bataille.


La première réaction que Maleen, quand Ludwig lui dit que ce n'est pas lui qu'elle attend? L'assommer avec un vase, "il délire, tapons-le pour qu'il aille mieux"

Et oui, elle est bonne à enfermer, enfin, elle vient de passer 7 ans enfermée et justement il y a des séquelles :elle parle au vase

Là encore ce n'est pas la bonne pioche: Maleen qui est devenue dingue, parle aux objets inanimés et le prend pour son fiancé. Elle va le suivre jusque dans le royaume suivant , et essayer de l'épouser de force en prenant la place de la fille du roi local.  Une monomaniaque donc, mais qui a un autre problème autrement plus grave: c'est un fantôme, qui n'en a pas conscience. Il n'y  avait pas assez de nourriture, elle et sa bonne sont mortes depuis longtemps.

Candidate n°3: Kathrin.

Une gamine aux paroles particulièrement blessantes et qui ne sourit jamais.
Accessoirement,c'est le seul personnage d'allure un peu asiatique, c'est assez rare chez Kaori Yuki d'avoir un personnage typé japonais.

Elle est encore une petite fille capricieuse et au physique banal, mais par suite d'un concours de circonstance Ludwig , qui s'est amusé avec une marionnette grenouille de Dorothée, se retrouve maudit: hormis la sorcière elle même, tout le monde le voit sous l'apparence d'une grenouille. Il doit pour que la malédiction soit rompue, être embrassé par la première personne croisée depuis le moment de la malédiction: Kathrin. Qui déteste les grenouilles, même celles qui parlent, et ne croit pas à cette histoire de malédiction. Mais de fil en aiguille, à force de discuter avec la grenouille , elle finit par lui raconter ce qui lui pèse: elle a l'impression d'etre insignifiante, son père père semble l'ignorer, n'est jamais là pour elle, n'écoute qu'à moitié ce qu'elle lui dit. La mésaventure aura un effet positif sur Ludwig qui se rend compte que, incroyable! Une fille, ça pense! Et que lui même a été dans le même cas de solitude désespérée avant de rencontrer Wilhelm, son seul ami ( qu'il martyrise, on est d'accord). Et que mine de rien, cette rencontre a changé sa vie. Bon il reste un connard, mais un petit peu moins con à partir du moment où il en prend conscience. Et Kathrin? Elle est trop jeune, et fini même par avoue " en fait je le préférais en grenouille plutôt qu'en bellâtre "

Candidate n°4: Albertina. Les deux Albertina. Une brune et une blonde. Elles ont le même prénom et le même âge, l'une est une riche noble, l'autre est sa servante et elles se detestent. La riche Albertina est promise à Christo l'otaku. Il n'a jamais vu sa tête, car le portrait qu'elle lui a envoyé a été déchiré et.. on ne voit dessus que son opulent bonnet E. Quand a Christo le binoclard complexe, il a cherché qui était le célibataire le plus convoité - Ludwig bien sûr-  et a envoyé à Albertina le portrait de Ludwig. De son côté, elle fait rédiger depuis toujours ses lettres d'amour et broder les cadeaux pour son fiancé par sa bonne. Elle est une princesse après tout, elle n'a as besoin de savoir coudre ou broder, les domestiques sont là pour ça.


Clin d'oeil contemporain sympa: Albertina est une noble très imbue d'elle même.
Réaction de l'otaku: " il y a toujours des mégères comme çadans les jeux de drague, laissez-moi le temps de faire une simulation sur console,je saurai l'apprivoiser"

 Or comme Albertina arrive, Christo poursuit sa logique personnelle: faire enlever Ludwig pour lui servira de doublure le temps des noces. Mais si Ludwig est intéressé par les nichons du portrait, se retrouver au milieu d'une affaire de jalousie entre femmes et d'usurpation d'identité ne l'enchante pas et donc il va devoir pousser Christo à se montrer tel qu'il est ( et ce n'est pas joli joli, l'Otaku a un côté vraiment tyrannique) pour  poursuivre son voyage.

Et donc ça continue, de manière un peu plus soft mais toujours aussi barré, avec de nouveaux personnages ( je vous annonce l'arrivée tranchante d'Hansel et Gretel, déjà mentionnés en passant dans l'histoire du chaperon rouge au tome 1. Et ce sont des " collègues de travail" du chaperon, en quelque sorte. Mais comme elle échoué plusieurs fois, Julius décide que 3 tueurs sont plus sûrs qu'un seul, qui en plus agit à sa guise).


Mesdames, Messieurs, Hansel, le géant spécialiste de la faux, et Gretel, la miniature adepte du lance-flammes

Une courte série violente et délirante, qui ne fait pas dans la dentelle c'est vrai, mais pour une fois Kaori Yuki ne se prend pas trop au sérieux et joue réellement sur un tableau comique, c'est donc plutôt sympa ( c'était aussi le cas pour Bloodhound, qui n'a pas eu de second tome. D'une manière générale, c'est dommage, ses mangas prometteurs n'ont pas de suite,je ne sais pas si c'est par manque de succès ou parce qu'elle s'en désintéressé. Et j'ai aussi fini par m'en désintéresser, je n'ai absolument pas lu Royal doll Orchestra, je ne sais même pas si elle a fait autre chose ensuite)

Donc bon, pour le moment je relis avec plaisir, mais ce ne sont pas non plus des mangas que je vais garder, ils iront ensuite rejoindre ma liste " à revendre", l'an prochain, je vais faire un très gros tri de mes étagères.

mercredi 7 octobre 2020

Ludwig revolution T.1 - Kaori Yuki

 allez, je profite du mois Halloween et de la thématique "contes de fées" pour ressortir cette curiosité de mon placard.
Le mercredi c'est manga, il y a 4 tomes et 4 mercredi en octobre, c'est parti pour une histoire "contes, horreur, magie, humour et SM"

Et pour ceux qui connaissent Kaori Yuki, ce ne sera pas une surprise: sa relecture des contes de fées est très très personnelle. Et pas DU TOUT pour les enfants. On va y parler sans, violence, mort, anthropophagie, inceste et tout ce que vous voulez.

A noter qu'initialement  le tome 1 était supposé être un one-shot, et plus précisément, le chapitre 1, était juste une histoire courte qui ne devait pas spécialement être développée, donc dans ce chapitre 1 elle met en avant des aspects de son personnage central très contestables, allons- y jusqu'au bout dans le délire, qui disparaîtront très vite. Je suppose que l'éditeur a dit" on veut une suite, mais il faudrait un peu atténuer ton héros quand même, il est un peu TROP chelou...)

Donc le principe, il est simplissime: Kaori Yuki a décidé d'aborder les contesde fée par l'angle de vision du personnage le moins charismatique de l'histoire.
Le prince.
Oui, le héros, que l'on suppose paré de toutes les qualités, mais dont le rôle se borne dans le fond à sauver les miches de l'héroïne.
Il n' a, la plupart du temps, même pas de nom, et est simplement désigné par son rang social. Qui est-il ce merveilleux héros, descendant direct des chevaliers d'épopées médiévales? Quels sont ses goûts, ses loisirs, ses relations familiales et amicales? Bref, il est temps de faire de ce non personnage dont la caractérisation tient sur l'arrière d'un timbre, un personnage.


Et elle ne fait pas dans la dentelle, vu que c'est Kaori Yuki.son héros, sera donc prénommé Ludwig ( titre original du manga  " Ludwig kakumei", Ludwig le révolutionnaire), et le contre-pied de ce qu'on attend: casse-burette vaniteux, tyrannique avec son entourage, impertinent, obsédé sexuel et j'en passe.
Et comme on est dans un univers parodique, elle prend le parti que toutes histoires confondues, le héros sera toujours Ludwig, qui va rencontrer tour à tour Blanche Neige, la belle au bois dormant, La fiancée de Barbe bleue, le petit chaperon rouge, etc...

Rassurez-vous les nanas ont aussi leur quota de tares psychologiques.
Ludwig est à la pointe de la mode (d'il y a 20 ans) et arbore des tenues directement inspirée des groupes de visual-kei et autre J-Pop ( pour les gens de ma génération, ça ressemble beaucoup à des tenues glam-rock): manteaux léopard, chemises à jabot sur short en skaï, bottes à talons compensés, cheveux longs, etc...
Et donc principales caractéristiques de Ludwig: c'est un glandeur tyrannique, qui n'a que deux passions dans la vie, à savoir faire chier le monde et draguer les femmes à gros seins.Tortue géniale dans le corps d'un Apollon androgyne au look glam-rock, donc.

Première histoire: lassé de voir son branleur de fils ramener tous les soirs des filles du quartier chaud, le roi l'envoie de force dans le pays voisin demander en mariage Blanche, la fille des souverains, car une alliance politique serait rentable. Et donc " tu es prié de te servir de ton seul atout, ton beau visage pour conquérir la fille". A quoi Ludwig répond " je me peux me laisser ainsi déshonorer, mon visage n'est pas mon seul atout, attendez-donc qu'elle me voit à poil!" J'avais omis de préciser qu'il était aussi très narcissique.
Sauf que comme on est dans la parodie, Blanche Neige va aussi être l'inverse de la gentille fille victime de sa belle mère: c'est une garce de premier ordre, qui utilise depuis toujours son visage et sa compétence à se faire passer pour une victime pour obtenir des cadeaux, vivre dans le luxe. Elle a une relation incestueuse avec son père, se fait entretenir, ment et manipule tout homme qui passe à sa portée...
Et là le détail qui disparaît ensuite, parce que un peu trop extrême: Ludwig est un pervers nécrophile. Qui collectionne les cadavres empaillés.

Welcome to my nightmare ( oui je reste dans l'ambiance glam)


Et il adore torturer le monde. Ca par contre, ça reste. Donc forcément, Blanche (et ses deux gros melons) ne lui plaît que tant qu'il la croit morte, comme un joli trophée à ajouter à sa salle de collection. Mais dès qu'elle se réveille, il a tôt fait de voir qu'elle convoite de fait le pouvoir espérant épouser le fils en se tapant le roi. Et donc se débarrasse de cette inutile avant de partir en quête de la princesse idéale ( 95D au minimum, le reste importe peu à ce niveau de l'histoire), en compagnie de Wilhelm, son serviteur depuis l'enfance et souffre douleur.

Wilhelm,c'est le brave gars de l'histoire, et beaucoup plus proche de l'idéal chevaleresque et serviable qu'on attend.Wilhelm a une amie d'enfance, Lisette.
Et la seconde histoire nous narre comment Wilhelm est devenu sans protester le souffre-douleur de Ludwig, et comment la petite Lisette au chapeau gris est devenue une criminelle, par suite d'un mauvais concours de circonstance et d'une mauvaise blague de Ludwig. Depuis son chapeau teinté de sang est rouge.et elle en veut à mort à Ludwig.On la reverra parla suite, mettant a profit ses instincts meurtriers: Elle devient tueuse à gages et sniper d'élite, nom de code: "petit chaperon rouge".



Troisième histoire: La princesse des ronces, ici appelée Friedrike. Toujours en quête de la femme à gros nichons de ses rêves, et en chemin pour le château des ronces, Ludwig trouve dans un champ de bruyère une vieille montre. Qui va lui permettre en effet de rencontrer une femme, dans ses rêves: petite, coiffée à la garçonne, plate comme une planche à repasser, colérique et violente.


Friedrike, alias Iedike.

Ca rime avec colérique


La belle au bois dormant.qui finit par lui expliquer que "oui, personne ne m'a jamais aimée, j'ai fait des efforts pourtant mais comme j'ai reçu des dons à ma naissance, tout était faux, en plus je suis victime d'une malédiction, c'est vraiment trop injuste".Et là pour une fois Ludwig va avoir un comportement un peu moins égoïste, et aller rompre le maléfice, en partie pour arrêter de la voir en rêve, en partie, parce que bien que le contraire de ce qu'il recherche, cette femme qui ne lui tombe pas dans les bras facilement lui plaît un peu. Et donc classique: il rompt le charme, arrive, embrasse la fille qui se réveille.. et il vécurent donc heureux, jusqu'à ce que la mort les sépare, soit 15 secondes plus tard, puisque le temps s'est remis en marche et que la belle de 116ans meurt instantanément de vieillesse.
Et dans ce chapitre arrivée d'un autre personnage récurrent: Dorothea, la sorcière qui a jeté le sort à Friedrike. Dorothea est visiblement la femme idéale de Ludwig qui ne s'en rend pas compte:non seulement elle est plus que généreusement dotée par la nature, mais elle est aussi masochiste que lui est sadique. L'association idéale. Après avoir été interrogée de manière musclée par Ludwig elle en conclut " jamais je n'avais été si bien fouettée, il est impitoyable, je le suivrai au bout du monde... pitié torture-moi encore!!" ( petite précision le manga date de 1998, donc bien avant la mode des récits SM)

Quatrième histoire: Barbe-bleue.
Ou " que se passerait-il si la femme de Barbe-bleue n'avais pas été curieuse?" Alerté qu'il y a dans le village voisin une jolie fille à très gros seins, Ludwig veut bien sûr voir ce phénomène. Amalie n'est qu'une bourgeoise désargentée mais elle doit épouser le riche et cruel "Barbe-bleue", au grand dam de ses frères complètement idiot ( et légèrement incestueux).Mariage qui ne lui convient pas parce que le future époux est "moche et barbu") Là encore Ludwig va aider la fille, moins par charité que pour la mettre dans son lit à un moment où un autre. Mais alors qu'il prend la place d'Amalie dans l'espoir de faire un choc à Barbe-bleue, qui n'a jamais vu de près sa future femme, celui-ci tombe raide dingue de Ludwig qui est " sa femme idéale", grande et avec un air de ressemblance avec sa première défunte épouse. Occultant totalement le fait que la personne qu'il a en face n'est absolument pas une femme. Comment Ludwig va-t-il réussir à se sortir de ce guépier, avec un Barbe-bleu complexé et schizo, qui flèche le chemin vers la salle interdite pour sa "future femme" , absolument pas intéressée par ce qui s'y trouve, mais obligé de s'y rendre " pour faire avancer l'intrigue".

Un passage purement burlesque chez Yuki


Donc ce n'est pas le manga du siècle mais cette version déglinguée, S - M, et psychopathe des contes de Grimm est quand même souvent drôle. D'un humour cru et violent, mais drôle.
J'aime bien la manière dont les nains disparaissent l'un après l'autre grâce à l'affreuse Blanche-Neige,ou le jeu de piste de Barbe bleue, la manière dont la très " chougneuse"Belle au bois dormant se fait cadrer sur sa geignardise, les références pop, le petit chaperon rouge Sniper et bien sûr la sorcière maso.

Par la suite de mémoire ( je n'ai pas encore relu les autres tomes), Ludwig se développe et devient un peu plus standard, car là,effectivement on aurait assez vite atteint les limites d'un personnage obsédé.


Contrairement aux apparences, Dorothea est l'un des personnages les plus sensés de cette histoire.
Elle est simplement masochiste au sens le plus " cuir et fouets" du terme


jeudi 1 octobre 2020

Tsukimi!

 Oh! Un billet ici, tout arrive!

Car aujourd'hui a lieu une fête un peu particulière, donc je n'avais pas encore eu l'occasion de parler, la fête de tsukimi.

Tsuki = la lune

Mi = regarder, comme dans "hanami" regarder les fleurs, la fête du printemps , beaucoup plus connue. Un grand classique des films, mangas et animés.

Mais là où le hanami a pris une forte valeur sociale, un grand rassemblement presque obligatoire ( sauf cette année où peu de monde a pu l'organiser, confinement oblige au Japon aussi) qui tourne à la beuverie de plein air, tsukimi a gardé un caractère modeste, discret, raffiné, poétique.


Tsukimi, c'est donc la fête de la contemplation de la première pleine lune d'automne.


Le but est de boire une coupe de saké sous la pleine lune ( et non des litres jusqu'à  l'ivresse) en dégustant des mochi et dango dont la forme rappelle la lune, en racontant l'histoire du lapin dans la lune.

La fête n'est pas uniquement japonaise, on en trouve des variantes en Chine, où ile me semble bien que c'était l'un des loisirs raffinés des lettrés. Ce qui semble se confirmer par l'existence de haikus sur le thème de la contemplation de la lune.

le miroir de la lune
vu(e) une nuit parfumée d’automne –
Nouvel An pour les yeux


Matsuo Bashô ( 1644-1695 )

Fût-ce en mille éclats
elle est toujours là
la lune dans l’eau !


Ueda Chôshû (1852-1932)

Je ne ferai pas ma blague favorite à ce sujet ( qui implique le sens familier de " lune" en français), car je l'ai déjà faite sur mon autre blog, et.. un peu de poésie, voyons.

Au Bouddha
Je montre mes fesses
La lune est fraîche !

Masaoka Shiki ( 1866-1909 )

(J'ai dit que JE ne ferai pas cette blague, mais pas que Masaoka Shiki ne la ferait pas)

Et comme par un fait exprès, cette année, il y a deux pleines lunes en octobre. Aujourd'hui même 1° octobre et donc, fête de la pleine lune d'automne en Asie, et le 31 octobre, pour Halloween.

Mais j'ai décidé cette année de faire la part belle aux contes et légendes pour le mois Halloween. Voici donc l'histoire du lapin de la lune.


Tout vient de cette paréidolie: dans la forme des mers lunaires, les gens voient l'image d'un lapin géant devant un mortier. Un mortier typique qui sert à faire de la farine de riz, laquelle est utilisée pour faire des mochis.. en forme de lune ( au Japon). ou qui prépare de l'élixir de longue vie ( Chine)

SunWukong, le roi des singes, et le lapin lunaire ( Sun Wukong est le personnage connu au Japon comme Son Goku, oui oui, qui a donné son nom au personnage principal de Dragon Ball)

Pour ce qui est de la légende, on peut la relier à l'histoire d'un lapin qui se sacrifie pour sauver la vie d'un voyageur affamé.Et là, elle est citée telle quelle dans Saint Seiya.

Cette légende est importante pour comprendre deux choses contemporaines.

Côté Japon, elle est un des motifs majeurs de la référence shôjo qu'est Sailor Moon. Je n'ai jamais vraiment eu une passion pour ce manga ni pour son adaptation, j'étais déjà trop âgée pour trouver intéressante une histoire de magical girl. Mais voilà, il s'avère que le nom en VO de l'héroïne est un jeu de mots: Tsukino Usagi, comprendre Tsuki no Usagi, soit " lapin de la lune".
De plus sa coiffure en macarons (en France) s'appelle " coiffure dango" au Japon. Dango qui sont justement les boulettes de farine de riz que l'on mange lors du tsukimi. Pas étonnant qu'elle soit donc associée à l'astre lunaire par essence ( par contre, comment des écolières en uniforme de marine ont pu devenir des guerrières en VF, c'est un mystère). Son chat "Luna" est un sélénite aussi.

"Lapin Delalune" et sa coiffure dango . Pas sûr qu'une lycéenne gaffeuse soit le meilleur choix de base pour sauver le monde.

Côté Chine, et de manière plus sérieuse, la légende est aussi la raison pour laquelle , dans le cadre des missions d'exploration lunaire chinoises, le rover se nomme Yu-tu " lapin de jade". En Asie, le lapin est donc généralement associé à la lune ( je vois bien un savant chinois antique, voyant les lapins sortir le soir et la nuit dans les champs, faire la déduction que les lapins sortent la nuit pour admirer la lune. Sauf que corrélation n'est pas conséquence)

Je n'ai pas de saké mais il me reste des prunes dans de l'umeshu. Ca fera l'affaire, si la lune daigne se montrer aujourd'hui, j'irais donc sur mon balcon, boire un peu d'umeshu, en mangeant une prune dont la forme évoque la lune ( j'écris mon sujet en avance, donc je ne sais pas quelle météo est annoncée, ni si je trouverai des mochi à manger le jour dit). Si elle est cachée par les nuages, tant pis, je contemplerai mon substitut favori dans toute sa ravissante rotondité en citant Shiki plutôt que Bashô 😏

Une lune masculine, cela va sans dire, mais c'est tout à fait légitime:
si dans les panthéons grec et romain, le soleil est un dieu, et la lune une déesse, frère  et soeur, dans le panthéon japonais Tsukuyomi no mikoto ( dieu de la lune ) et Amaterasu ( déesse du soleil) sont aussi frères et soeur.

Tsukuyomi, dieu de la lune

Dans le panthéon nordique également, et ça a une importance linguistique: les langues romanes ont LA lune et LE soleil, les langues germaniques, l'allemand au premier rang,  Die Sonne ( la soleil) et Der Mond (le lune). Les astres sont donc perçus comme principes masculins et féminins de manière inversée selon les cultures. Et c'est visiblement le cas aussi en Asie
Cette perception est aussi l'explication du manifeste de la première revue féministe japonaise datée de 1911" A l'origine, la femme était le soleil" ( paragraphe 6)

Le dieu de la lune version jeu vidéo / anime et son lapin messager

 Je ne sais plus si j'avais déjà parlé de cet animé adapté d'un jeu vidéo, complètement barré, mais très sympathique, Kamigami no asobi.
Il en faut pas chercher midi à 14h00, c'est foutraque, souvent débile - mais dans le bon sens du terme-  mais plein de bonne humeur, une humaine est envoyé dans le monde des dieux pour leur enseigner à comprendre les humains. Et rencontre donc plusieurs personnages de plusieurs mythologies : Esprits rebelles, version mythologie ( Loki et Baldr pour le panthéon Nordique, Dionysos, Hadès, Zeus et Apollon pour le panthéon grec, et donc Tsukuyomi et je ne sais plus quel autre, peut être le dieu du vent, pour le panthéon japonais.. faudra que je vérifie et que j'en parle. Enfin, autant dire une belle brochette de divinités sociopathes). Un dessin animé dont je n'attendais pas grand chose et qui avait été une bonne surprise, car moins premier degré que ce que je pensais.

mercredi 1 avril 2020

Ôke no monshô tome 5 - Hosokwa Chieko

Confinement + premier avril, est-ce qu'il en serait pas temps de revenir dire du mal de ce navet?

Alors comment dire ça gentiment. Jusqu'à présent , il y avait encore le plaisir de se moquer, mais là, même ça, ce n'est plus vraiment drôle. Ou plutôt, il y a tellement tout qui va de travers, que ça prendrait beaucoup trop de temps pour sélectionner les pires gaffes. On ne peut plus vraiment parler de déception à ce niveau,tant je m'attends à ce que ce soit nul.

Nous avions laissé Carol en train de s'enfuir en compagnie de Unus le militaire égyptien qui la suit comme son ombre, les deux s'apprêtant à quitter Babylone à la nage* pour rejoindre les bateaux du Pharaon Memphis, venu récupérer SA déesse du Nil. Et donc potentiellement de déclencher une guerre entre le Royaume Hittite et l'Egypte:

La situation est claire, je peux même la résumer façon TP de maths
  • Hittites retiennent Carol comme otage, car Egypte considère que Carol Déesse du Nil protectrice de l'Egypte.
  • Carol = monnaie d'échange entre deux pays en guerre depuis des décennies pour la moindre broutille
  • Izmir, héritier royaume hittite = veut savoir qui a tué sa soeur dans palais pharaon. 
  • Carol sait que Isis = meurtrière soeur Izmir.
  • Izmir sait que Carol sait. Torture Carol façon film SM, fouets et chaînes.
  • Carol = rien dire pour ne pas déclencher guerre entre les deux pays si elle parle
  • TOTAL: Guerre déclarée de toute façon pour récupérer déesse protectrice.
 * Pour cette impossibilité matérielle voir tome 4

Et là, c'est le festival du n'imp' .Non seulement le scénario prend l'eau de toutes parts, mais les cases sont confuses, la bataille du début est très fouillis et passablement ridicule ( mention au figurant qui tombe à l'eau en criant " ha je meurs"), on ne sait pas qui mène la bataille. Le pharaon est blessé et est déclaré mort. ( on sait TOUS ce que ça signifie dans un feuilleton fleuve. Fleuve, Nil, lol).

Moche: la trajectoire de cette lance est totalement foirée.
Tirée depuis un point dans son dos à proche distance, elle arrive par en-dessus
Mais grande nouveauté : pas de tentative d'enlèvement cette fois. Mais plusieurs tentatives de fuites les plus molles du monde, où Carol est systématiquement rattrapée et remise en prison. Et ils sont assez nuls pour ne pas la surveiller H24, sachant qu'elle trouve toujours un moyen de fuir.
Et pas de chance pour Izmir qui a l'occasion de la tuer plusieurs fois mais est toujours interrompu avant de pouvoir le faire. La guigne...
ambiance sonore!

Dès le début, Carol dans l'eau, au lieu de retourner dans son monde d'origine, comme à chaque fois qu'elle met le pied dans une flaque, manque se noyer ( en appelant au secours son grand frère au XX° siècle), avant d'être repêchée au filet par Izmir ( qui se promène toujours habillé en Lawrence d'Arabie, ce type est dans le turfu), comme le poisson rouge qu'elle est.


nota: la disproportion des mains sur sa tête. Soit ce mec est un géant, soit elle a le volume cérébral d'un nouveau né.
C'est plutôt ça, je pense
Bon lui n'est pas malin non plus, puisqu'il l'amène un peu plus tard pour la ridiculiser et la malmener devant la cellule où il retient l'armée égyptienne prisonnière, et dont la clef se trouve par le plus grand des hasards scénaristiques aux pieds de Carol qui va très facilement réussir, en faisant semblant de tomber, à la donner en scred aux prisonniers .

attention en case 3 et 4, l'as-tu-vu ami lecteur, cet indice furtif de ce qu'il va se passer?
J'aime le "je vais insulter votre déesse en face de vous".
Dans mon imagination, il va les provoquer en lui chantant du Orelsan.
Izmir en rajoute une couche en racontant DEVANT tout le monde leur plan super secret pour arriver à bout de l'armée Egyptienne.
Carol s'enfuit une fois de plus, trouve facilement un souterrain qui mène à la mer**, où elle est rejointe, encore par le plus grand des hasards scénaristiques, par Memphis... pas du tout mort, qui aurait cru ça.

**putain, juste.. putain, quoi...

 Carol qui se lamentait peu avant de sa supposée mort, en disant " il est venu me chercher moi une fille normale du XX°siècle, mais si j'avais su qu'il m'aimait autant, jamais je n'aurais essayé de m'enfuir, bouhou, c'est vrai que d'après son sarcophage il est mort à 18 ans, il est mort dans la bataille, mais alors... il était devenu sympathique et humain et je ne l'ai pas compris il est mort par ma faute bouhouhou!

que c'est moche, mais que c'est moche, j'ai vu des dôjinshi mieux dessinés, mieux découpés,
je n'ai jamais vu une scène d'affliction aussi loupée.
Le graphisme un peu daté mais sympa du début est en train de devenir carrément bâclé.. au tome 5, sur 65.
Je sais que les mangaka doivent travailler vite, mais là,c'est du niveau esquisse préparatoire, à se demander s'ils ont publié le brouillon. Et même si les scans ne sont pas de super qualité, il n'empêche, le dessin est devenu moche au fil des tomes.
Des tas de gens sont morts à cause de moi, je suis un monstre je mérite de mourir pour expier mes péchés".
Car oui, Carol vient découvrir un truc incroyable: la guerre , c'est PAS BIEN! Vraiment, il y a des tas de gens qui y meurent pour des raisons absurdes. Et avoir été enlevée , battue, retenue en otage, pêchée au filet, ficelée comme un saucisson fait de toi une victime, pas une pécheresse.

Attends ma petite:
Il vient te chercher parce que
- tu es considérée par le peuple comme la fille du dieu Nil. Tu ne lui a rien demandé.
- il veut t'épouser PARCE que ça lui permet en tant que roi d'assurer son pouvoir auprès du peuple et des prêtres. Tu es utilisée.
- Ca emmerde sa soeur. Tu es utilisée ( bis)
- En tout dernier lieu, oui, il a envie de te .. heu.. comment dire ça en restant tout public. Il a disons envie de vérifier au fond de ta culotte si tu es une vraie blonde. C'est du harcèlement sexuel

ben oui, quoi, il était devenu sympa, ça fait quelques chapitres qu'il avait arrêté de parler de la couper en morceaux et de la faire bouffer aux vautours, et qu'au lieu de la buter, il voulait autre chose en se passant de ton consentement.
Quelle ingrate d'avoir voulu s'enfuir!
Et au passage " je l'aime plus que jamais", on parle bien du type qui essaye par alternance depuis 4 tomes de te buter ou de te saut..  voilà, donc, et en utilisant des méthodes aussi douce que te menacer de te démembrer et de jeter les morceaux aux chacals et aux vautours.
Tu veux échapper au mec qui te moleste en disant clairement que tu es sa monnaie d'échange pour te jeter dans les bras du psychopathe qui veut te découper en morceaux.

la phrase la plus drôle " Carol n'est pas assez stupide pour..."
c'est bien mal la connaître
elle est pire que ça.

On dirait une blonde de film d'horreur qui essaye d'échapper à Jason en se réfugiant auprès de Leatherface. Carol, tu CHERCHES les emmerdes.

Razzie award de la pire actrice: Carol dans sa 178° scène de désespoir
Ah oui, au fait, c'est pas comme ça que ça marche les voyages dans le temps. Tu as appris au XX° siècle qu'il est mort à 18 ans, AVANT que tu ne sois propulsée dans le passé, tu n'est donc PAS la cause de sa mort. Tu peux changer le futur en l'empêchant de mourir à 18 ans, tu peux indirectement causer sa mort à 18, 20 ou 65 ans, mais tu ne peux pas déduire que c'est toi qu'il l'a tué sur la base d'un passé que tu n'as pas influencé. Tu ne peux pas avoir tué quelqu'un avant de l'avoir rencontré. Il est mort, a été momifié et enterré et sans ton aide!

Et donc ben voilà, fuite - prison, fuite-prison- fuite-je l'aime- mort mais pas de Carol, bien qu'elle manque crever plusieurs fois ( hélas, ça n'arrive jamais, elle a le cul bordé de nouilles).

La scène la plus illogique que j'aie vu: Carol saucissonnée, avec une jambe en sang,  et interrogée de manière musclée par un roi particulièrement énervé, tremble pour sa vie... mais a quand même la présence d'esprit de se poser des questions existentielles d'ordre esthétique sur les coupes tendance printemps/été à Babylone: "tiens, il a les cheveux longs sous son chèche, ha mais ouais, je me souviens j'avais lu dans un livre que c'était la mode chez les hittites."
Elle est particulièrement pénible avec sa bêtise absolue - que tout le monde qualifie d'intelligence probablement parce qu'ils sont collectivement crétins, et son dédoublement de personnalité:

 Je ne veux pas mourir noyée ici-> les gens meurent à cause de moi, parce qu'ils me prennent pour une déesse, donc si je meurs, il n'y aura plus de guerre -> non je ne veux pas mourir ici -> Puisque personne ne m'écoute ( textuellement), autant que je me sacrifie " houhou venez me chercher et tuez moi" -> je fuis devant les lances parce que je ne veux pas mourir ici-> si je meurs ça règlera les problèmes -> tiens l'Egypte a gagné la bataille?Ils règlent ça à la castagne, le palais hittite est en flammes, l'armée hittite en déroute Mais alors, l'histoire est sauvée la guerre n'a pas eu lieu... je n'ai plus de raison de mourir!

nan mais là, l'Egypte a gagné, donc j'veux plus mourir, même si j'estimais 50 pages avant devoir payer de ma vie la responsabilité de la mort des gens venus me sauver.

La mort d'un pharaon oublié de tous, et une bataille de plus entre 2 pays qui tentent de s'envahir tous les 4 matins c'est changer l'histoire, mais la destruction de la capitale d'un empire antique, ce n'est pas un changement de l'histoire,donc...

Et je suis déçue, pas de "tuto du futur"cette fois, mais Izmir est bien moderne, lui, puisqu'il crache (beurk) de l'alcool sur le pied de Carol qui s'est fait bobo en esquivant une lance et lui dit " c'est bon, j'ai stérilisé la blessure" (car oui, dans une impasse à bout portant de lance, ils la loupent ces nases, les deux armées rateraient un boeuf dans un couloir). Sans déconner, en pleine antiquité, le futur roi connait la prophylaxie. un peu plus et il nous parle de pénicilline. Mais alors pourquoi les gens sont morts à la guerre,  depuis l'antiquité de blessures infectées?

Mais alors le bouquet, c'est le dessin qui juste là était parfois joli, parfois passable, mais sent déjà la flemme au tome 5. Ca devient parfois VRAIMENT moche!Très moche.

Et je crois que j'avais déjà mentionné ce problème, mais  il y a 4 équipes qui travaillent sur la traduction française qui ne se fait pas depuis le japonais, mais via la traduction anglaise. *Donc japonais > anglais > français, déjà, il y a forcément des problèmes à ce niveau, qui ne sont évidemment pas imputables au manga lui-même. Mais le problème est que les 4 équipes qui se partagent la traduction ne se sont pas mises d'accord, et certaines collent à la version anglaise qui colle aux noms égyptiens prononcés à l'anglaise et transcrits en katakana "Menfuisu, Aishizu, Izumiru, voire Izumin, Sechi, Unasu", et d'autres qui rendent aux personnages les noms tels qu'on las aurait prononcés en français: Memphis, Isis; Izmir, Sethi, Unus...
Et les pays, quand la personne qui traduit a un peu de connaissance, il nous parle bien du royaume hittite, quand c'est quelqu'un qui se borne à traduire de l'anglais, ça donne " le royaume Aitatsu,"ou "Hattit". C'est gênant, d'autant que c'est déjà le gros souk de par le scénario qui bouche ses trous à la truelle.

Je ne sais pas quelle sera la prochaine lecture manga, mais 'ai un livre japonais à rendre à un copain depuis très longtemps, ça serait pas mal que je mette à profit notre réclusion forcée pour m'en occuper aussi.

dimanche 27 octobre 2019

Hagakure (version BD) - Yamamoto T. et Wilson S. et W.

Curieux ouvrage: une adaptation contemporaine d'un recueil japonais classique du  XVIII° siècle.
Un manga, publié dans le sens européen, et dessiné et traduit par deux américains.



Et le problème vient que le texte de Yamamoto Tsunemoto ancien samourai du clan Nabeshima devenu moine zen, est un " guide" , un code du samouraï ,qui n'est pas vraiment un traité de la vie et des valeurs des samouraï, mais plutôt une succession d'anecdotes, pur illustrer par l'exemple plusieurs valeurs importantes. .
Apparemment le texte d'origine est très long ( 9 tomes) et seules quelques thématiques sont ici mises en avant: la loyauté, la vengeance, la sincérité, le seppuku...

Donc un texte composé d'anecdotes sans vraiment de lien logique entre elle ( si ce n'est d'avoir pour "personnage" le clan Nabeshima) qui est en plus présenté de manière "Digest", ça donne quelque chose de difficile à suivre, dont on retient finalement que " couper des têtes" est l'activité principale d'un samouraï, qu'il y a une pensée qui sous-tend cette activité, mais qu'elle reste très opaque au lecteur.

Hormis maitre Yamamoto et son disciple Tsuramoto et scribe à qui il raconte ces anecdotes, il n'y a pas de personnage et les noms japonais classiques n'aident pas à s'y retrouver (quand les personnages mentionnés se nomment Ingazaemon, Fudozaemon, Kizaemon, Heizaemon, Gorozaemon, Kichizaemon, Sukeemon, Heizaemon ( 2) , Shozaemon, Gorozaemon (2), Denzaemon, Goroemon... ça devient vite compliqué!) d'autant que le dessin n'étant pas très caractérisé, à part deux ou 3 personnages caricaturés volontairement, tous ces gens aux noms presque semblables ont une apparence très peu différente, et on a un peu l'impression que ce sont sans cesse les mêmes qui reviennent.

L'idée n'était pas mal, mais en soi, on n'apprendra au final pas grand chose de la vie, de la pensée des samouraï,du Bushido..
Donc pour en savoir plus,je préfère encore continuer à conseiller le roman " la pierre et le sabre" ( et qui est parfait pour s'initier à la littérature japonaise, car très linéaire dans son récit, donc assez simple à suivre malgré une foule de personnages) ou Vagabond, sa libre adaptation en manga.

S'il vous fallait une seule raison de lire Vagabond, voilà le genre de dessins d'Inoue

Ou pour les plus motivés les traités " techniques" ou philosophiques écrits sur ce sujet, pourquoi pas ceux de Musashi lui-même.
Ou peut-être Hagakure dans sa version classique , là je ne peux pas en dire plus puisque je ne l'ai pas lu.

Mais cette version Bd est décidément assez frustrante, et finalement j'ai envie de dire très américaine dans sa succession de vignettes d'action.

Dernière chose: en tant que future traductrice, je ne veux plus JAMAIS voir dans une traduction française ( ici de la postface écrite probablement en anglais) la confusion entre " empreint de" et " emprunt".
"Le phrasé poétique et non moins emprunt de dignité", ça n'est pas possible. Surtout quand sont passées une traductrice et une correctrice.

C'est totalement inacceptable de la part de traducteurs et correcteurs professionnels, c'est une confusion qui n'est particulièrement sanctionnée en première année de licence.
Cette erreur trop récurrente me met autant hors de moi que " la gente féminine", voire " la gente masculine"...ce n'est pas une simple faute de frappe comme ça peut aussi m'arriver, mais une vraie méconnaissance des paronymes et c'est du travail à la va -comme-je-te-pousse.

J'assume totalement ce que je viens d'écrire.