mercredi 6 juin 2018

Senses (film 2015)

Il y a quelques temps, j'ai pris la décision, difficile j'avoue, je mettre l'étude du japonais en pause. Pour diverses raisons.
Ce n'est pas un arrêt, mais.. une pause, pour laisser la place à d'autres langues, qui correspondent  d'autres souhaits, d'autres priorités.
Mais je ne tire pas un trait sur 5 ans d'études de la langue et 4 voyages. J'en parle plus longuement ici

Il faut croire que j'ai vraiment du mal à m'en détacher: je l'annonçait le 25 mai, et le soir même j'étais devant les délice De Tokyo avec un pote, suivi dès le lendemain d'une expo sur l'Asie et le dimanche soir devant Zatoichi...
Mais avant de partir en vacances j'avais commencé à voir cette série de films ( 3 films exactement, découpés en 5 parties),  il date de 2015, mais est sorti le mois dernier en France. Et j'attendais donc d'avoir vu l'intégralité pour en parler.

Hop affiche:
Le vrai titre est donc Happy Hour, en kana dans le texte. Mais le titre à l'international n'est pas dénué de... sens, et reste pertinent.

Hop bande annonce, qui invente le concept de "série cinéma".. bon autant dire une pentalogie, comme pour les romans de Shimazaki Aki, si on compte les parties  ou une trilogie si on compte les films.



Donc nus avons 5 parties, liées au 5 sens: dans l'ordre toucher ( et on sait à quel point le Japon n'a pas une culture a priori tactile), entendre, voir, sentir et goûter.

A travers l'histoire de 4 copines qui approchent de la quarantaine. Jun et Sakurako se connaissent depuis l'école, et à leur duo se sont ajoutées, au fil du temps Fumi et Akari. Depuis les 4sont inséparables, font régulièrement des activités ensemble ( pique-niques, sorties, expositions, animations...) qui leur permettent à toutes de prendre du temps pour elles. en effet chacune doit faire face à un quotidien, au mieux  quelconque, au pire, déprimant. Leur amitié et leurs sorties sont leur soupape de sécurité, le seul moment où elles peuvent être elles-mêmes, en toute sincérité, sans avoir à ménager un mari ou une belle famille.

Sakurako est l'exemple type de la ménagère japonaise un peu cliché: femme au foyer, un mari qui travaille, un fils ado un peu difficile, une belle mère qui squatte.. toute une famille qui prend pour acquis le fait qu'elle doive passer sa vie entre la cuisine, le linge et le ménage, sans même penser une seconde à lui dire que ses plats sont bons. son mari n'est pas méchant, mais la regarde à peine, ou alors, some un élément du décor qui a de soi. Seules ses copines la félicitent, et semblent apprécier ses efforts.

Akari est pète-sec, un poil grande gueule et autoritaire, notamment dans sont travail d'infirmière. Elle est très compétente, mais se met toute seule la pression: de fait , elle est constamment sur la défensive, minée par la hantise de faire une erreur qui pourrait entraîner une catastrophe pour un patient ( et pour sa carrière: elle explique être obligée de souscrire une assurance très chère pour faire face aux frais juridiques en cas d'erreur médicale).Et son caractère très droit, limite psycho-rigide l'a menée par le passé u divorce, elle a donc aussi du mal à faire confiance aux gens. Pour elle , ses copines sont les seules qui acceptent ses sautes d'humeur et bouderies sans en prendre ombrage.

Pour Fumi, tout semble aller bien: un travail au centre culturel, un mari éditeur, serviable, qui participe aux tâches ménagères et avec qui elle discute ..sauf qu'on se rend vite compte qu'il s'agit de discussions creuses, de façade, de celles que pourraient avoir de simples colocataires. Et que consciemment ou pas chacun fait tout pour éluder les vrais sujets.

Quand à Jun.. elle avoue enfin à ses copines une chose qu'elle gardait pour elle depuis longtemps, pour ne pas peiner Akari, pour ne pas les impliquer plus que de raison: elle est en pleine procédure de divorce. Son mari n'est pas méchant, mais ennuyeux comme la pluie. Il ne se passionne pour rien hormis sont travail de biologiste et de n'est jamais soucié de ce qu'elle ressentait ( enfin ça c'est sont point de vue. Dans un sens, elle ne s'est jamais non plus vraiment soucié de chercher à le comprendre). Mais lui refuse de divorcer...

Mais voilà, 4 femmes en plein échec sentimental, en butte aux difficultés à communiquer.. mais se connaissent-elles vraiment entre-elles? Se connaissent-elles elles-même?
Le brusque départ de Jun, qui n'a pas gagné son procès ( "mon mari est ennuyeux" n'est pas une raison valide de divorcer lorsque l'autre partie s'y oppose, et ses mensonges cousus de fil blanc pour le faire passer pour méchant et sadique n'ont convaincu personne) met tout le monde face  à ce que personne ne voulait voir : d'abord parce que c'est elle qui avait fait se rencontrer ses copines de divers cercles. Leur amitié peut-elle perdurer sans celle qui en est le ciment?
Et puis 2 divorcées sur 4, ça pourrait bien donner des idées aux deux autres, qui constatent leurs échecs sentimentaux.
En tout cas, elle sème involontairement des graines de révolte dans les esprits.
Même l'ennuyeux mari se révèle moins insensible qu'il n'y paraissait, capable de réflexions profondes sur le sens de la vie... mais malgré tout ces deux là n'étaient juste pas faits l'un pour l'autre.

J'avoue que j'ai été étonnée par ce film.. long, où il ne se passe pas grand chose.
Le cinéma l'a présenté comme un film sur les gens qui disparaissent sans laisser d'adresse, et sur la réaction de ceux qui restent. Je ne m'attendais pas vraiment à quelque chose sur l'échec sentimental, le divorce et le fait d'écouter ses propres sensations et opinions, avant qu'il en soit trop tard.
Il n'y a pas beaucoup d'action, certains passages sont longs au moment du visionnage, mais sont justifiés dans la narration, comme le long moment où Fumi, son mari, Sakurako, et le mari de un prennent part à une lecture en direct d'une longue nouvelle par une jeune écrivaine...suivie d'un débat, mais leurs réactions subtiles à ce moment là vont entrainer une nouvelle lecture des personnages, la mise a clair de non-dits,etc... Ou l'atelier de "connexion sensorielle" au tout début.. qui fait prendre conscience aux copines qu'elles sont dans la survie et non dans l'écoute de leurs sensations, ce qui va mettre en place toute la prise de conscience et les réactions qui s'ensuivent.

Donc, oui,  j'ai bien aimé ce film fleuve ( et heureusement que le cinéma a décidé de programmer de manière assez rapprochée les 3 parties - spécificité de la diffusion en France apparemment, il était diffusé d'une traite au Japon, sans avoir à attendre des semaines ou des mois entre les 3 parties), a priori peu passionnant, mais que j'ai trouvé pertinent. Sans en avoir l'air, il en dit beaucoup sur une société différente de celle qu'on connait, sur ses spécificités, sur les rapports humains... qui décidément ne sont facile nulle part sur le globe, quelle que soit l'approche qu'on choisit: taire les problèmes ou les ressasser... il n'y a pas de solution miracle. Mais visiblement, rien ne se fera si l'ont ne fait pas d'abord une réflexion sur soi-même.. et ça c'est fichtrement intéressant.
Je le recommande, pour peu qu'on aime le côté tranche de vie.

Donc voilà, je n'en ai certainement pas fini avec le Japon, sa langue et sa société ( et ses onsen, le film en parle beaucoup).
Mais pour le moment, c'est la solution que je retiens: continuer à voir des films et à écouter la langue pour ne pas la perdre, à défaut de la pratiquer activement.

une critique intéressante et développée du film, où je retrouve pas mal de mon ressenti.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire