mardi 7 juillet 2015

Tanabata, la fête des étoiles

Que voilà une fête sympathique à laquelle je n'ai pas eu l'occasion hélas de prendre part, n'étant jamais allée au Japon à cette époque.

Tous les ans le 7 juillet au Japon (en fait le 7° jour du 7° mois, c'est juillet qui est retenu maintenant le plus souvent, mais certaines régions ont encore pour tradition de le fêter l 7° jour du 7° mois lunaire, ce qui donne vers mi août) c'est Tanabata, la fête des étoiles d'inspiration chinoise, parfois appelée " saint Valentin chinoise"
Festival de Tanabata à Edo - Hiroshige - 1852

Elle est basée sur une légende très connue à laquelle il est fait fréquemment référence dans les films, romans, nouvelles, manga et toutes production artistique, et qui est censée expliquer l'astérisme (bien réel)  du triangle d'été, formé par trois étoiles très brillantes particulièrement visibles à cette période: Deneb dans la constellation du cygne , Vega dans celle de la lyre, et Altaïr dans celle de l'Aigle.
L'association d'une constellation ou d'un astérisme  avec une légende est fréquente y compris en Europe, puisque beaucoup des noms de constellations font référence à la mythologie grecque. Par contre nous n'avons pas de fête qui y soit liée, et célébrée encore au XXI° siècle.
Par exemple la constellation de la lyre justement est en Europe probablement liée à la légende d'Orphée. Hé bien, c'est comme si on avait décidé à un moment " tiens, si on faisait une fête au moment où la constellation de la lyre est bien visible, on pourrait faire une fête de la musique, ou mieux une fête de l'amour, parce qu'Orphée est parti chercher sa femme décédée jusque dans le monde des morts..."

Vous me direz probablement que ça n'est pas très joyeux pour une fête de l'amour.. Mais la légende asiatique à laquelle il est fait référence, qui prétend expliquer pourquoi Altaïr et Vega sont deux étoiles particulièrement brillantes séparées par la voie lactée à laquelle il est fait référence n'est pas franchement joyeuse non plus.
il y en a plusieurs versions, mais la plus courante est celle ci:

On raconte qu'Orihime ( l'étoile Véga), nymphe céleste chargée de tisser les nuages tomba amoureuse de Hikoboshi (Altaïr) un humain, un mortel, bouvier. Les deux se marient mais tout à leur lune de miel cessent leur travail...Evidemment, quelle que soit la mythologie, les unions entre êtres divins et mortels sont rarement bien vues.
La réaction des dieux ne se fait pas attendre: les époux se retrouvent séparés, chacun de leur côté de la rivière céleste (la voie lactée) et n'obtiennent au final l'autorisation de se retrouver qu'un jour par an, le 7° jour du 7° mois, à la condition de reprendre leur travail les 364 autres jours. Deneb représente selon les légende leur alliée ( une pie) ou leur chaperon (probablement pour éviter qu'ils ne décident de s'enfuir ensemble dès que personne ne les verra).
Décorations pour la fête à Sendai,  image trouvée ici
 Du coup, le festival de Tanabata est un jour de liesse: danses, animations dans les rues, parades, décorations, feux d'artifice..

illumination représentant la voie lactée à Kyoto
Traditionnellement, les gens inscrivent des voeux sur un papier ( réussite, santé, amour, succès divers..) qu'ils accrochent aux arbres. Les dieux sont de tellement bonne humeur ce jour là qu'ils ne manqueront pas de les exaucer.
dessin par Oi chan
Mais pour cela il faut qu'il fasse beau, car s'il pleut, le bouvier et la tisserande devront attendre l'année suivante pour se retrouver.

Etrangement autant la Saint Valentin européenne me gonfle et me paraît tirée par les cheveux ( le rapport entre un obscur saint romain et  les amoureux est quand même loin d'être évident!), autant là, la légende est plutôt mignonne sans être trop tarte, donc ça va. Et puis ça parle d'astronomie!

 En fait, vu que j'aime la mythologie en général, de ce point de vue là, ça passe beaucoup mieux que la saint Valentin européenne: on est plutôt du côté " faire un voeu et croiser les doigts" que "dépenser des mille et des cents parce que c'est comme ça" qui me gêne énormément dans la version européenne, qui n'a au final pas grand chose de festif. J'aime bien l'idée aussi que tout le monde puisse participer gratuitement, assister aux animations, célibataire ou non, en famille, entre amis. Tous les prétextes sont bons pour faire la fête...


Une autre tradition que l'on peut trouver associée est le Teru Teru Bôzu: une amulette faite maison avec du papier ou du chiffon, qui ressemble à un petit fantôme, et que les enfants font et suspendent près d'une fenêtre. Elle est censée attirer le beau temps lorsqu'une activité en extérieur est prévue le lendemain. Une sortie, un pique-nique ou un matsuri, comme celui de Tanabata, où justement l'état du ciel fait partie intégrante de la légende. Là aussi c'est une chose que l'on retrouve dans une foule de dessins animés ou manga. On prie la figurine de faire venir le beau temps.. en la menaçant dans le cas contraire de lui couper la tête. Brrr les enfants sont effrayants!
Celui de Yotsuba est vraiment géant .. et plutôt flippant
 Ce qui m'amène à la prochaine fête, pas plus tard que la semaine prochaine: ô-bon, la fête des morts, où la tradition est de raconter des histoire de monstres et de fantômes!

Origine, légende et tradition deTanabata
variantes de la légende

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire