mardi 11 octobre 2016

de l'eau, des sous entendus, et des créatures fantastiques ( séries d'animation)

Un billet sur deux séries animées que j'ai eu l'occasion de regarder cet été (entre autres choses), mais qui étaient trop courtes (et par conséquent manquent un peu de matière) pour que je les développe chacune à part.

Et ça tombe bien parce que dans les deux cas, ils y a des thèmes communs, et donc, je le disais en titre, des créatures fantastiques et de l'eau. De plus, les deux sont tirés de mangas non traduits en français. Et c'est aussi l'occasion pour moi de parler de sous-genres que je n'ai pas encore abordés ici, l'ecchi ( olé-olé, pas de l'érotique, mais des thèmes un peu égrillards ou des choses un peu connotées, souvent plutôt de manière humoristique que salace) et le shonen ai ( sous entendus homosexuels, sans que ça ne vire au pervers non plus) . Et il y a une déception.. et une bonne surprise.

Ou comment avec le même handicap d'une courte durée, l'un arrive à s'en sortir, quand l'autre ... patauge (jeu de mot lamentable, promis, un de ces jours, je me fouetterai avec des algues pour ça)
Donc pas de quoi s'affoler les amis, pas de PEGI 16 non plus.

Et les deux font un peu dans ce domaine de "légèrement égrillard", de manières très différentes, ou plutôt seul le premier dont je vais parler peut être véritablement classé Ecchi. Pour résumer, l'humour " camion pouet-pouet", soutien-gorges et petites culottes... Le plus connu peut être dans ce domaine est Love Hina qui a fait un tabac il y a quelques années.
Mais je ne m'attendais vraiment pas à ce que Onsen Yôsei Hakone-chan prenne cette direction, au vu de son synopsis.

Onsen Yôsei Hakone-chan, traduction littérale, Hakone-chan, la fée de l'onsen.

Et il s'agit bien d'une fée au sens créature surnaturelle, esprit, tout ça. Pas d'un sous-entendu déjà vicieux.

Donc Hakone-chan est un des 7 esprit anciens qui veillent sur les 7 sources de la ville thermale d'Hakone. Veiller, c'est beaucoup dire, vu qu'elle a passé plusieurs siècles en léthargie et se réveille au moment exact où un lycéen, Tôya,  venu révérer les esprits des sources, fait tomber un gâteau d'offrandes dans l'eau. Passé la première surprise ( il a quand même un peu de mal à encaisser que cette petite fille apparue soudain devant lui, et qui en plus se moque de la banalité son souhait - plaire à une fille de sa classe- soit un esprit) Tôya accepte d'aider Hakone a retrouver sa forme normale: celle , bien sur, d'une jolie fille. Elle ne doit son apparence de gamine qu'à son long sommeil.
Et donc les deux, plus Haruna ( la fille des rêves de Tôya) et Aki ( soeur d'Haruna), vont se mettre en quête d'une solution pour Hakone, rencontrer les esprits des autres sources de la ville, etc...

Et là premier problème: La série fait 13 épisodes. De 3 minutes 50 chacun, générique compris.
Il reste donc en gros 3 minutes par épisode pour mettre en place une histoire et des personnages.. c'est peu. Donc on va faire une croix dessus et se contenter de gags à base de nichons (pas sur Hakone qui a l'apparence d'une gamine de 8 ans, mais sur les melons de Haruna en bikini et sur le désespoir de sa petite soeur qui est plate), de goinfrerie et d'arrosage ( je préfère encore ça, les différents esprits des onsen ont parfois une magie imprécise et causent des dégâts en tout genre. Hakone en particulier a la faculté de créer des geysers dans les plans d'eau les plus calmes et de cracher des litres et des litres d'eau, façon lama mécontent)


Mais surtout le gros problème de la durée, c'est qu'il est vraiment impossible d'intégrer la moindre action, donc on se contente d'épisodes plus ou moins indépendants, de personnages secondaires non développés et de situations tirées par les cheveux, du genre:

(citadins) c'est qui cette petite fille qu'on n'a jamais vue?
(toya et Haruna) Ha c'est Hakone, l'esprit de l'onsen qui vient de se réveiller
(citadins) Ha,  c'est cool, ça fait plaisir de savoir qu'il y a un esprit chez nous, dites, si on en faisait la mascotte de la ville pour distribuer des flyers aux touristes devant la gare?


Chais pas moi...on vous dit qu'il y a un esprit, une fée des eaux,  et tout ce que vous trouvez à dire, c'est "ok, faisons lui faire de la publicité"? soyez un minimum surpris, étonnés, incrédules, mais par pitié, ayez une réaction logique!
Ha non, pas le temps, générique de fin, on parlera d'autre chose la prochaine fois.

Hakone a une boîte en bois qui lui sert pour canaliser la magie? On la voit bien, on nous en montre même dans les boutiques à souvenirs (les boites en marqueterie à tiroirs secrets sont une authentique spécialité de la ville d'Hakone). Très jolies d'ailleurs.
oui, j'en ramènerai sûrement une si j'y vais un jour.

Mais de là à développer.. nan pas le temps.

Du coup, si je ne savais pas que l'anime était tiré d'un manga, j'aurais penché pour une animation publicitaire de l'office de tourisme local ( venez chez nous, on a de superbes sources chaudes et de jolis souvenirs). Mais dans ce cas là, une mise en avant de la ville aurait été plus intéressante qu'une succession de gags éculés à base de soutifs. Dommage parce que, à côté de ça, les décors sont plutôt soignés.

cette fille habillée en gothic lolita est supposée être un esprit rival d'Hakone. Mais elle ne sert en fait à rien.. pas le temps, pas le temps!.
Et puis un peu plus de caractérisation des personnages secondaires, parce que là, on ne sais pas trop qui fait quoi et pourquoi, et.. nichooooons ( bon c'est vrai je ne suis pas le public cible,  mais je n'ai rien contre les gags coquins s'ils sont un peu moins clichés qu'ici, et surtout s'ils ne sont pas le seul et unique moteur du dessin animé au détriment d'une vraie histoire)

cadeau pour vous les gars...et pour quelques nanas aussi surement, c'est vous qui voyez...
Donc vous l'aurez compris, une idée qui était plutôt sympa à la base, mais qui ....tombe à l'eau, faute de se donner les moyens de développer.
Là, toutes les idées intéressantes finissent systématiquement en queue de poisson.

Ce qui me donne une transition magistrale, admirez la classe, je m'épate moi-même, avec l'anime suivant:

Orenchi no Furo jijô ( la situation de ma baignoire).

Ou l'histoire d'un étudiant, Tatsumi, dont la baignoire héberge une sirène. Et pas exactement la jolie fille qu'on attend quand on parle de sirène puisqu'il s'agit d'un triton. Un homme poisson nommé Wakasa qu'il a un jour sauvé d'une mort lente et cruelle par déshydratation au bord d'une rivière polluée et ramené chez lui, le temps pour le triton d'être en état de repartir.
Sauf que Wakasa est un casse-pied manipulateur qui trouve toujours une bonne raison pour continuer à rester ( la rivière est sale, il y a trop d'algues, l'eau est froide, je suis tout seul et je m'ennuie, et c'est pas facile de se cacher des humains curieux..)

Tatsumi se retrouve donc avec un pique assiette qui lui coute très cher en nourriture, en eau et en chauffage, mais qu'il considère un peu comme un copain dans la mouise et beaucoup comme une sorte d'animal de compagnie bruyant et capricieux, mais dans le fond plutôt sympa. Un poisson exotique doté de la parole en gros, et sacrément culotté.. euh, enfin,si on peut utiliser cette image pour un personnage mi humain, mi truite?


De plus, Wakasa, non content de squatter, a trouvé le moyen de faire venir ses congénères aquatiques: Takasu l'homme poulpe, Mikuni la méduse et Maki, l'homme-escargot, minuscule et maniaco-dépressif. Donc ce sont vite 2 puis 3 puis 4 squatteurs qui envahissent les lieux ( ce qui conduit Tatsumi a comparer sa salle de bain a un nabe - sorte de ragoût-  de fruits de mer .)


Et en plus d'être envahissantes, ces bestioles ont des goûts de luxe et une tendance certaine à la picole.

Et cette fois, le format court ( 4 minutes et aussi 13 épisodes, tiré d'un yonkoma, manga en 4 cases, l'équivalent du comic strip) est plutôt un bon choix: lieu unique, peu de personnages.

Là pour le coup, on pouvait difficilement développer sur des péripéties dans l'espace réduit d'une salle de bains. Et la série va plutôt miser sur des gags causés par cette situation pour le moins inhabituelle, tout en développant les personnages qui arrivent, repartent, reviennent, et leurs relations. Ce n'est pas tant Wakasa, au demeurant un personnage assez relou à force d'être puéril, qui importe, mais l'ensemble improbable constitué de ces chimères qui déboulent dans l'existence pépère d'un étudiant normal, qui n'en demandait pas tant, mais prend la chose avec philosophie et même une bonne dose de fatalisme.

la méduse la plus kawaii du monde
enfin, tant qu'elle n'essaye pas d'être sociable.
L'humour joue énormément sur les niveaux de lecture, selon l'esprit plus ou moins orienté du spectateur, une même scène peut paraître totalement mignonne ou carrément bourrée de sous-entendus (homo)sexuels...sans jamais le dire clairement.
Par exemple, tout le monde s'accorde à dire que Takasu adore les endroits sombres et étroits.
Evidemment! C'est un poulpe et les poulpes adorent se planquer dans ce genre d'endroit, par exemple une machine à laver vide, quiconque y a compris autre chose a le cerveau mal tourné, voyons!

Ok, j'ai le cerveau mal tourné.

Et je me pose accessoirement une question existentielle: " Comment des sirènes, poulpes ou des mollusques humanoïdes, enfin des bestioles supposées pondre des oeufs peuvent-elles avoir un nombril". Rassurez-vous je me suis posée la même avec quasiment toutes les représentations d'Adam et Eve. Et la réponse est " doh! les peintres/ dessinateurs n'ont pas pensé à ce détail". Mais c'est le genre de chose qui me fait marrer. Je sais je suis marteau (et même requin-marteau, siouplait!)

Et du coup, contre tout attente, et parce qu'elle assume pleinement son idée loufoque jusque dans des doublages complètement barrés ( la narration est faite par un canard en plastique jaune), parce qu'elle alterne judicieusement entre passages au graphisme classique et chibi, parce qu'elle a le bon goût de ne pas du tout se prendre au sérieux,  la série est plutôt pas mal. Tout n'est pas 100% réussi, mais quand même, c'était une bonne surprise, vu que je n'en attendais rien et que j'ai bien rigolé par moments.
Ah oui, cerise sur le gâteau, la moitié ou presque des personnages sont doublés par les mêmes acteurs que les personnages de Free!, série sportive-humoristique assez  récente, qui met en scène un groupe de lycéens pratiquant la natation, dont le héros est un peu dingue et ambitionne depuis son enfance d'être un poisson. Je ne crois pas à un hasard.

bonus: le minuscule homme-bulot a une grosse voix de névrosé
Du coup pour celui là, je ne serai pas contre une deuxième saison (je viens de jeter un oeil au manga qui compte plusieurs tomes, et il y a encore d'autre personnages improbables qui n'apparaissent pas ici.)

Oui, je préfère les sous-entendus et les situations ambiguës qui pourraient - tout est dans le conditionnel- , être mal interprétées, au cliché " oups! je suis tombé sur toi et par hasard, avec ma main pile sur tes lolos mais c'est un accident, hein" ou " rhaaa fifille en maillot de bain!".
Je sais, Love Hina faisait ça aussi, mais ça passait mieux parce qu'il y avait d'autres choses autour, et des épisodes de 20 minutes qui prenaient le temps de développer un peu plus les personnages, donc.. on en revient au principal problème: on peut faire l'impasse sur plein de choses, avoir des décors basiques, un nombre restreint de personnages secondaires mais pas sur un minimum de scénario et de caractérisation des héros. Hakone-chan l'a oublié, et si on apprend quelques vagues trucs au sujet du personnage titre - c'est à dire seulement sa gourmandise et sa perte de pouvoirs - tous les autres sont réduits au rôle de figurants, pour ne pas dire d'éléments de décor. C'est frustrant.

Du coup, entre les deux, je vous conseille plutôt le second, pas impérissable, mais agréable, et comme je ne m'y attendais pas, c'est une bonne surprise.
Vous n'êtes pas convaincus. Si,si, je vous sens dubitatifs,et si je vous dis que les squatteurs de baignoire organisent une halloween party dans la salle de bain? Poulpe vampire, méduse fantôme et sirène mage?



C'est à vous de voir: vous êtes plutôt axés bikinis ou nageoires?
Dans les deux cas, c'est sur crunchyroll une fois de plus, que ça se passe, en VOSTFR et gratuitement.
Onsen Yôsei Hakone chan
Orenchi no furo jijô

bon oui, c'est un billet fantastico-mignon, entre Ring et probablement un autre film glauque, ça ne fera pas de mal!


2 commentaires: