mardi 2 septembre 2014

Switch girl saison 1 ( série TV)

C'est la rentrée! Enfin, en France, hein, au Japon, le système est différent, l'année scolaire commence au printemps, et la coupure de l'été est utilisée à .. préparer la seconde partie de l'année.
Mais bon faisons comme si, c'est donc la rentrée.
J'aurais pu marquer le coup en choisissant l'une des dizaine de milliers de manga qui se déroulent dans un cadre scolaire, mais non, J'ai décidé d'innover, en parlant d'une série TV, tirée quand même de l'un de ces mangas.
Faut savoir que j'ai des copines qui sont très fans des dramas, les séries TV japonaises, et jusqu'à présent , je n'ai pas trop eu l'occasion de m'y intéresser, je suis plus branchée films que séries, quelque soit la langue.

Allons-y,  c'est  parti pour la première saison de Switch girl, un drama tiré du manga du même nom ( il a été édité en France chez Delcourt et compte pas mal de tomes pour un shôjo). Je n'ai pas 100% accroché au manga je dois dire, qui a de très bonnes idées, mais est très irrégulier au niveau humour.Certains tomes sont très bons, puis le suivant, très plat...
oui, c'est la même fille.

La bonne surprise c'est que le drama reprend la trame du manga en gommant les passages que je trouvais justement plutôt relous..; et raconte en 8 épisodes d'une 20 aine de minutes chacun ce qui tenait en 5 ou 6 tomes.

Le sujet est le même: on y suis au quotidien Nika, une lycéenne typique: toujours à la mode, mignonne, joyeuse, la fille que tout le monde voudrait être, ou du moins avoir comme copine. Enfin, ça c'est la surface. Les apparences.

 La vraie Nika, celle que personne de son lycée ne voit, hormis sa meilleure amie, adore se balader en jogging informe ou traîner en pyjama, coiffée d'un palmier, passe la nuit à jouer à des jeux vidéos de baston dans sa chambre en bordel, mange des choses improbables, pète sans complexe, et devient une véritable furie dès qu'elle entend le mot " promotion". C'est de famille, sa grande soeur et sa mère sont du même modèle. Ce sont des Switch girls, qui alternent entre le mode On, dès qu'il s'agit d'être présentables, et le mode Off, dès qu'elle sont en zone de sécurité ( maison ou quartier).

c'est sur que faire ses courses alimentaires dans cette tenue, .. bon j'avoue je n'ai pas encore atteint ce niveau de laisser-aller
D'expérience, Nika sait que ce dédoublement de personnalité lui pose des problèmes, dès qu'elle laisse entrevoir son mode off, seule Nino, son amie d'enfance connait  la Mrs Hyde qui sommeille en elle et risque à tout moment de se manifester.

A la pause repas, par exemple...
 Si les camarades de classe venaient à le savoir, ça en serait fini de son image de fille charismatique. Et évidemment, dès le premier épisode, son nouveau voisin, qui vient de la voir en mode off faire une razzia sur les concombres en promo, s'avère être également son nouveau camarade de classe.Car Nika est bien sûr persuadée que personne ne peut l'apprécier réellement telle qu'elle est et que le monde entier n'attend qu'une chose: se foutre de sa gueule. Mais quelle chance, le nouveau a aussi quelque chose à cacher: pour avoir la paix, ce type au physique avantageux se ringardise au maximum et volontairement! Y'a un marché à conclure, là...

Donc oui, ça n'est pas nouveau, le sujet de départ est aussi celui de Hotaru (dont je parlais le mois dernier), mais dans un cadre scolaire. Mais c'est tourné avec de l'humour, des situations complètement rocambolesques.. et bien sûr ça parlera à toutes les filles ( les gars, eux, auront perdu toute illusion la semaine qui suit leur emménagement avec leur copine). Personnellement, je pense qu'il n'y a que mes chefs qui doivent encore avoir quelques illusions sur ma personne, mais il suffit de se présenter à l'improviste à ma porte pour tomber sur moi, pas coiffée, en tee-shirt informe taché de javel qui date de mes 14 ans. Donc oui, ça me parle .

Après je le disais, la série a eu la bonne idée d'évacuer les passages un peu longs ou relous du manga ( dont l'inévitable "voyage scolaire aux sources". Oui, montrer des filles à poil dans un bassin ça ferait classer la série pegi 18 :D. Mais ce genre de chose me fait toujours rire, les lycéens sont toujours méga contents,  imaginez transposer en France: le voyage de fin d'année en thalasso à Carnac. Cartes, je sais, le thermalisme en France a une image plus médicale que de bien être, mais j'essaye de visualiser la tête des élèves. Le prof qui proposerait ça se prendrait un vent glacial.)
L'autre bon idée, c'est d'avoir repris les codes du manga avec des incrustations dans l'image de petits détails marrants, qui donnent à l'ensemble un côté très cartoon, les acteurs sont à fond et surjouent très volontiers leurs rôles ( au moins, c'est volontaire!), souvent caricaturaux à souhait. C'est à prendre au 2nd degré bien sûr, et dans le genre, c'est plutôt drôle. Pas fin, mais de temps en temps, un peu d'humour pouet-pouet ne fait pas de mal.
Et il va sans dire que l'héroïne est bien plus sympa en mode "souillon" qu'en version soignée. Enfin, hormis ce qu'elle mange, ça par exemple, je n'ai même pas voulu goûter pendant mes voyages.

Pour voir le premier épisode, c'est par ici ( la phrase en français dans les 30 premières secondes me fait mourir de rire.. dire que nous, françaises, avons une image classe, raffinée...)
Le premier épisode est gratuit, la suite est payante.. enfin, on me souffle dans l'oreillette qu'en cherchant bien, il est possible de trouver encore ici ou là des anciennes versions en fansub, avec des sous-titres pleins de fautes d'orthographe. A vous de voir!

En tout cas, il y a pour l'heure 2 saisons, de 8 épisodes chacune.. je n'ai vu que la première. Mais pour un premier essai en séries TV, ça me convient, pas trop d'épisodes, divertissant...et c'est toujours un moyen d'écouter du japonais et pour moi, de ne pas trop perdre avant la reprise des cours à l'automne.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire