vendredi 28 avril 2017

Mon voisin Totoro (long métrage d'animation)


Un mois japonais sans au minimum UN film Ghibli? Impossible!

Et justement en Mars, l'un des deux cinémas que je hante le plus a eu la très bonne idée de faire une double programmation d'animation " verte", retour à la nature et tout ça..

En première partie de soirée Totoro, et en seconde les enfants-loups.
Commençons par Totoro, je ne l'avais vu qu'une fois, il y a très longtemps, et sur petit écran donc, ça fait toujours plaisir d'avoir l'occasion de le voir enfin sur grand écran. Même si, et là je sens que je vais me faire huer, ce n'est pas mon préféré.


Totoro, c'est gentil, mignon, plastiquement superbe, je suis d'accord, mais c'est un film ciblé " pour enfants" du studio Ghibli. D'ailleurs, aheum, déception à ce sujet, le cinéma a choisi de le présenter en VF, pensant qu'il y aurait des enfants.. euh... pas tellement en fait, il y avait surtout des aficionados du studio Ghibli , majeurs et capables  de suivre un film en VOST. Je pense que je ne suis pas la seule à avoir eu cette mini mauvaise surprise.

Mais voilà,il lui manque à mon goût ( et c'est pareil pour Ponyo) le côté un peu plus sombre qui fait la patte de Miyazaki. On rit beaucoup, c'est entendu, on s'étonne aussi,mais...voilà.et qu'on ne me dise pas " c'est normal, c'étaient les premières productions, ils sont passés à un style plus adulte par la suite".. tatata, non! Nausicaa de la Vallée du vent date de 1984, Totoro de 1988. Et je préfère Nausicaa, plus adulte.

l'histoire est simple: Mei (4 ans) et Satsuki ( 10 ans à peu près) emménagent loin de la ville avec leur père, professeur d'université, tandis leur mère malade achève sa convalescence à l'hôpital et aura besoin de l'air sain de la campagne pour se remettre tout à fait à sa sortie. Toute la famille vient s'installer dans une vieille maison un peu ruinée et entreprend de la remettre en état. Mais les vieilles maisons réservent parfois des surprises, surtout lorsqu'elles sont à proximité d'un sanctuaire. Les phénomènes étranges ne tardent pas à se produire autour de Mei et Satsuki, qui vont rencontrer les habitants de la forêt, invisibles aux adultes. En particulier, l'énorme créature à l'allure étrange que Mei baptise Totoro, comme celle qu'elle a vu dans un livre d'images.


Totoro est bien, je ne dis pas le contraire, il y a des trouvailles qui m'éclatent beaucoup: le détournement d'Alice au Pays des Merveilles ( Mei suit dans ce qui ressemble à un terrier une créature aux allures de lapin), j'aime bien les noiraudes, sortes d'esprits des lieux abandonnés, et le délirant chat bus ... dont je n'avais jamais jusqu'à présent remarqué que les feux étaient des souris. Ou l'allure même de Totoro, ou plutôt des totoros qui existent en plusieurs tailles et couleurs, oreilles de lapin, griffes de taupes, perchés dans les arbres comme des écureuils et bouches immenses pleines de dents.
attention, la dernière fois qu'une petite fille a suivi un lapin, elle s'est retrouvée dans un monde étrange



un chat rayé au sourire immense et aux yeux jaunes, perché dans un arbre qui peut apparaître et disparaître à volonté.. on en me fera pas croire que c'est un pur hasard


L'influence des histoires de yôkai et de la culture shinto est patente, et il a fallu que j'explique à ma mère ce que représente la corde autour de l'arbre géant dans la culture japonaise: la voie que prend Mei dans les buissons est un chemin "détourné" ( et probablement celui qu'il fallait prendre pour rencontrer Totoro), le chemin officiel passe sous un torii de sanctuaire. Si vous allez au Japon, vous en verrez beaucoup des arbres, ou des rochers entourés de cette corde tressée "shimenawa". Elle indique qu'il s'agit d'un arbre sacré ou d'un rocher sacré, résidence d'une divinité ou d'un esprit , un kami, et qu'il en faut évidemment pas couper l'arbre ou déplacer le rocher, ni faire quoi que ce soit ( jeter des déchets ou crier par exemple) qui pourrait déranger ou mettre en colère le kami du lieu. Là c'est la malchance assurée pour le temple et probablement aussi pour celui qui comment le sacrilège
Totoro et ses semblables vivent dans l'arbre, il y a toutes les chances qu'il soient donc des kami ( en français l'idée était rendu par le père de Mei et Satsuki par " maître de la forêt")
De même lorsque Totoro porte une feuille sur la tête, ce n'est pas seulement pour imiter le parapluie que portent les filles, mais c'est aussi un élément récurrent: mettre une feuille sur la tête, chez les tanuki en particulier, permettrait de se rendre invisible, ou de changer d'apparence.


Evidemment, c'est un échec, puisque les filles le voient quand même!
Sinon, au delà de ça, il n'est jamais trop tôt pour sensibiliser la jeunesse à la beauté de la nature à la nécessité de la protection de l'environnement, ce n'est pas ma copine Laurie , rencontrée lors de mon premier voyage au Japon qui dira le contraire.

Un film mignon et sympathique que j'ai pris plaisir à revoir, mais je maintiens, ça n'est pas mon favori .
Mais il y a un passage qui a bien fait rire  le cinéma entier par son côté un peu n'importe quoi. Lorsque Mei fait une fugue et que les paysan trouvent une chaussure flottant sur un étang et qu'ils commence à le draguer pour la retrouver si elle s'y serait malheureusement noyée. Arrive satsuki qui leur dit que non, ce n'est pas la chaussure de sa soeur et.. " c'est bon arrêtez tout, ce n'est pas la chaussure de Mei"
On a tous eu la même réaction, et ça m'avait déjà faite tiquer la première fois:

"WTF les gars? Ce n'est pas sa chaussure, mais il y a peut être un autre enfant noyé dans l'étang et tout le monde s'en fiche?"

La séance ciné du vendredi, spéciale Studio Ghibli

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire